8 mars : SOS homophobie demande un plan national de prévention et de sensibilisation sur la santé sexuelle des femmes lesbiennes et bies

À l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, SOS homophobie réaffirme son engagement à lutter les violences et discriminations qui touchent toutes les femmes et souligne la double discrimination que subissent les femmes lesbiennes et bies, confrontées à la fois au sexisme et à la lesbophobie. Face à cette double exclusion, les femmes lesbiennes et bies sont invisibilisées et souffrent d’un manque criant d’information et de prévention sur leur santé sexuelle.

La lesbophobie est une réalité. Elle commence dès lors que l’on nie la possibilité pour une femme d’avoir une vie sexuelle avec d’autres femmes, sans hommes. Qu’il s’agisse de la sphère professionnelle, médicale ou médiatique, les femmes lesbiennes et bies ainsi que leurs sexualités sont invisibilisées et le rejet qu’elles subissent est ignoré voir dénigré par une grande partie de la population.

La question de la santé des femmes lesbiennes et bies est insuffisamment prise en compte par les politiques publiques. D’après l’Enquête sur la sexualité réalisée en France, les femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes ont 12% plus de probabilité de contracter une IST (Inserm, 2008). SOS homophobie dénonce le manque de moyen de prévention pour les femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes. Absentes des campagnes de prévention menées par les pouvoirs publics, les femmes lesbiennes et bies ne sont pas sensibilisées aux risques d’infections sexuellement transmissibles. L’association déplore la persistance de réflexes et de préjugés hétéro-normés dans la médecine française et la formation insuffisante des professionnel·le·s de santé.

SOS homophobie demande la mise en place d’un plan national de prévention et de sensibilisation sur la santé sexuelle des femmes lesbiennes et bies et une meilleure formation des professionnel·le·s de santé.

L’association invite toutes celles et ceux qui souhaitent s’informer à consulter la brochure Manuel des infections sexuellement transmissibles entre femmes. SOS homophobie participe également à l’élaboration de la nouvelle version de Tomber la culotte, brochure de santé sexuelle pour les femmes qui ont des relations sexuelles avec des femmes.

Pour lutter contre toutes les discriminations faites à l'encontre des femmes, SOS homophobie se joindra aux marches prévues vendredi 8 mars 2019, à 15h40 dans de nombreuses villes de France.