8 mars : SOS homophobie engagée contre les violences faites aux femmes et pour l’égalité

Le rendez-vous du 8 mars, journée internationale pour les droits des femmes, trouve une résonance particulière en 2018, alors que l’ampleur des violences sexistes et sexuelles commence à être reconnue, grâce au courage des victimes qui prennent la parole. Il intervient aussi alors que les états généraux de la bioéthique traitent, partout en France, de l’opportunité d’accorder à toutes les femmes sans discrimination l’accès à l’assistance médicale à la procréation.

SOS homophobie est aux côtés de celles et ceux qui luttent pour construire une société sans violences ni inégalités de genre. Ses adhérent•e•s participeront donc aux marches militantes organisées ce 8 mars.

Cette journée est l’occasion de rappeler que les violences faites aux femmes concernent toutes les femmes, y compris les lesbiennes, bisexuelles et personnes trans. En 2016, le nombre de témoignages recueillis par SOS homophobie pour des cas de violences ou de discriminations lesbophobes a augmenté de 16%. Pour lutter contre toutes les violences faites aux femmes, il faut aussi lutter contre la lesbophobie, la biphobie et la transphobie.

Cette journée est également l’occasion de souligner que l’ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes, recommandée par de nombreuses instances chargées de l’éthique, de la défense des droits et de l’égalité entre les femmes et les hommes, relève avant tout d’une exigence d’égalité entre les femmes, sans distinction fondée sur leur situation conjugale ou sur leur orientation sexuelle.

SOS homophobie en appelle à toutes celles et ceux qui souhaitent ensemble construire des lois communes pour améliorer concrètement la situation des femmes lesbiennes, bies, trans, la situation de toutes les femmes.