Attentat à la vie d'un activiste Polonais défenseur des droits de l'Homme (communiqué inter-associatif)

Les associations LGBT de Varsovie sont horrifiées. Ensemble, avec leurs partenaires polonais et allemands, SOS homophobie appelle à mettre un terme à la propagande haineuse et aux agressions envers les homosexuel-le-s en Pologne.

Le 16 mai vers 14h, en plein centre de Varsovie, un militant défenseur des droits de l'Homme, âgé de 30 ans et connu pour son pacifisme a été victime d'une tentative de meurtre. Les coupables appartiennent selon toute vraisemblance à l'organisation d'extrême droite "les néofascistes de Varsovie". La victime, M., avait déjà, à plusieurs reprises, été menacée et agressée sur la voie publique. Selon les médecins, "la manière dont M. a été agressé cette fois-ci avait bel et bien pour but d'attenter à sa vie". En effet, alors qu'un des agresseurs l'aspergeait de gaz lacrymogène, un autre l'a poignardé dans le dos avec un couteau de 30 cm. A l'heure actuelle, il est en soins intensifs, mais son état est stable d'après les médecins du CHU de Varsovie.

Une chasse aux sorcières qui bafoue les droits de l'homme

Le site Internet polonais "Redwatch" (www.redwatch.info/sites/warszawa.htm) a mis en ligne les descriptions, noms et adresses des représentants les plus connus des mouvements LGBT Polonais. Il appelle les Polonais à "se souvenir des lieux et visages des traîtres de la race. Ils payeront tous de leur personne pour leur crime". Jusqu'à présent la police polonaise n'a pas réagi face à ces menaces. Sur le site, chaque jour de nouvelles descriptions, photos et adresses de militants des droits de l'Homme, d'écologistes, d'universitaires et de journalistes de gauche antifascistes complètent cette liste accessible à tous, violant ainsi les règles les plus élémentaires du droit.
Le président de la Fondation pour l'égalité des droits (organisation qui coordonne la marche des Fiertés LGBT de Varsovie), Tomasz Baczkowski souligne qu'à côté de groupes comme "Sang & Honneur" ou la "Jeunesse de tous les Polonais", l'association d'extrême droite "La ligue des Familles Polonaises", émanation du parti au pouvoir, participe à la constitution de cette "liste noire".
Rappelons par ailleurs que le nouveau ministre de l'Education, Roman Giertych, fondateur en 1989 de l'organisation "Jeunesse de tous les Polonais"; a laissé cette dernière manifester dans les rues avec pour mot d'ordre "les Pédés aux chambres à gaz".

SOS homophobie dénonce la flagrante inaction de la police polonaise. Tomasz Baczkowski, organisateur de la Marche des Fiertés LGBT de Varsovie qui a vu ses informations personnelles dévoilées sur le site de Redwatch, nous fait part de son inquiétude : "le milieu LGBT est sous le choc. Non pas uniquement en raison de l'attentat perpétré contre M., mais avant tout en raison de l'atteinte aux droits de la citoyenneté".

Pour ces raisons, SOS homophobie, ainsi que ses partenaires allemands de "Maneo", polonais de "Campagne contre l'homophobie" et de la "Fondation pour l'Egalité des Droits", ainsi que le Comité IDAHO et l'association "An Nou Allé!" exigent des autorités polonaises et de l'Union Européenne qu'elles garantissent les droits fondamentaux des femmes et des personnes LGBT en Pologne, aujourd'hui bafoués et invitent toutes celles et tous ceux qui le peuvent a participer avec SOS homophobie le 10 juin prochain à la Marche pour l'Egalité des droits qui aura lieu à Varsovie.

Co-signataires : SOS homophobie, le Comité IDAHO, An Nou Allé!

Contact Presse SOS homophobie : 06 28 32 02 50

SOS homophobie
www.sos-homophobie.org
Ligne d'écoute anonyme : 0810 108 135 ou 01 48 06 42 41