Aux manifestant-e-s du 13 janvier : savez-vous pourquoi vous serez à la "Manif Pour Tous" ?

Retrouvez la tribune d'Elisabeth Ronzier, présidente de SOS homophobie, sur le site du Huffington Post.

Nombre de personnalités, laïques et religieuses, ami-e-s, membres de votre famille vous appellent à la mobilisation pour soutenir une manifestation dite "pour tous" et dont l'objet est d'empêcher un projet de loi visant à inclure dans le droit conjugal et familial de la République française des couples et des familles qui en sont aujourd'hui exclus.

Dimanche 13 janvier, vous manifesterez pour dire à la France qu'un seul modèle doit être protégé par le droit: le modèle hétérosexuel. La "Manif pour Tous" va à l'encontre des droits d'une catégorie de la population française. Pire, l'invitation à participer à la "Manif Pour Tous" contient un certain nombre de contre-vérités et de mauvaises analyses.

D'abord, rappelons que ce projet de loi concerne uniquement le droit civil, républicain et laïc et qu'il n'est pas question de mariage religieux.

D'autre part, certains prétendent que les termes "père" et "mère" seront entièrement supprimés du code civil. Or, le projet de loi ne supprimera aucunement les mots "père" et "mère" du code civil. Ils sont maintenus intégralement dans le titre 7 relatif à la filiation, aucun article de ce titre n'étant modifié dans le projet de loi. Le texte de loi n'instaure aucunement les termes de "Parent 1" et "Parent 2". Seuls les termes "parents" ou "époux" remplacent l'expression "père et mère" ou "mari et femme" lorsque cela est nécessaire pour rendre la loi applicable par un juge.

Les organisateurs et organisatrices de la manif du 13 janvier analysent cette loi en estimant qu'elle ouvrirait un "droit à l'enfant" opposable aux "droits de l'enfant". SOS homophobie souhaite encore rappeler qu'il n'existe, ni n'existera, aucun "droit à l'enfant". Aucun couple, homosexuel ou hétérosexuel, n'a le droit d'exiger un enfant ! Le seul droit qui sera conféré aux homosexuel-le-s par cette loi, c'est le droit de porter en tant que couple un dossier de candidature à l'obtention d'un agrément pour une adoption.

Il n'existe pas non plus de "droit de l'enfant" qui indiquerait que l'enfant a "droit" d'avoir un père et une mère. Si tel était le cas, les hommes auraient l'obligation de reconnaître tous leurs enfants, les célibataires n'auraient pas droit à l'adoption, à titre d'exemple. Or, aucune de ces mesures n'est en vigueur pour garantir ce fameux "droit à un père et une mère" que vous prônez en allant manifester le 13 janvier.

Personne - ni nous, ni les scientifiques, ni vous - ne peut affirmer que la famille hétéroparentale est plus favorable à l'épanouissement d'un enfant que la famille homoparentale. Ce n'est pas l'orientation sexuelle des parents qui détermine leur qualité de parents. De plus, le véritable parcours du combattant pour fonder une famille par adoption donne largement le temps à tous les parents de penser et questionner leur projet parental ainsi que la solidité de leur couple.

Les enfants d'homosexuel-les vont tout aussi bien que les autres, les familles homoparentales sont des familles comme les autres familles à cette différence près qu'il plane sur elles une épée de Damoclès qui n'existe que sur elles. Cette épée est l'angoisse du deuxième parent de n'avoir aucun droit sur l'enfant et de savoir qu'en cas de séparation ou de décès du parent légal, les enfants peuvent voir intégralement coupé leur lien avec leur deuxième parent, avec leurs frères et sœurs, avec leurs grands-parents et avec toute une partie de leur famille, la famille "fantôme", celle qui n'existe pas aux yeux de la loi.

Cette loi a pour seul but de sécuriser des enfants et des familles de France, ce que vous-même dites souhaiter. Pour seul but encore d'instaurer une égalité d'accès au droit et de changer le regard infériorisant sur l'homoparentalité et sur l'homosexualité.

Enfin, pour vous motiver encore à aller manifester le 13 janvier, on vous fait croire que cette manifestation serait "sans homophobie" et même "contre l'homophobie". SOS homophobie ne peut tolérer cet argument. Lorsque l'on s'oppose à l'égalité des droits entre les noirs et les blancs, cela s'appelle du racisme. Lorsque l'on s'oppose à l'égalité des droits entre les femmes et les hommes, cela s'appelle du sexisme. Lorsqu'on s'oppose à l'égalité des droits entre les couples homosexuels et les couples hétérosexuels, cela s'appelle de l'homophobie. L'homophobie ce n'est pas seulement éprouver de la haine envers les personnes homosexuelles, c'est aussi de penser que l'hétérosexualité serait préférable à l'homosexualité, c'est à dire hiérarchiser les orientations sexuelles et hiérarchiser par conséquent les couples en fonction du sexe des conjoints et les familles en fonction du sexe des parents.

Si vous êtes contre l'homophobie, comment comptez-vous lutter contre celle-ci en prônant qu'une catégorie de couples est inférieure et doit rester à l'écart du droit commun, qu'une catégorie de couples et de familles ne vaut pas autant que les autres en raison de l'orientation sexuelle du couple et des parents?

Cette loi porte en elle-même, du seul fait de son existence, les outils et les symboles nécessaires et indispensables à la lutte contre l'homophobie. Elle dit aux Français et aux Françaises que toutes les orientations amoureuses se valent, elles sont égales devant la loi.

En manifestant contre, vous contribuez à stigmatiser les familles homoparentales en les prétendant "dangereuses" pour les enfants. En affirmant que seule la famille hétéroparentale est digne d'être protégée par la loi de la République Française, vous faites l'apologie d'une hiérarchie entre les couples et les familles. En manifestant, vous portez et diffusez un message qui atteint les jeunes et les moins jeunes d'une manière profonde et dangereuse, distillant au fond d'eux-mêmes et d'elles-mêmes le doute quant à la recevabilité de leur orientation sexuelle, messages pouvant les mener jusqu'au rejet et à la haine de soi, parfois au suicide.

SOS homophobie a reçu en décembre 2012 trois fois plus d'appels et de témoignages qu'en décembre 2011. Cette explosion est directement liée au débat, à la violence de votre opposition, et à l'homophobie pas si insidieuse que ça de la "Manif Pour Tous".

SOS homophobie est une association engagée pour l'égalité des droits et œuvre pour la construction d'une société dans laquelle chacun-e pourra être ce qu'il est et pourra fonder sa famille, en outre comme il ou elle l'entend, société dans laquelle une personne pourra se révéler être homosexuelle ou hétérosexuelle sans aucune différence, dans laquelle chacun-e pourra vivre pleinement sa vie dans la transparence et l'estime de soi.

Manifester le 13 janvier ce n'est ni "Pour Tous", ni "contre l'homophobie". Manifester le 13 janvier c'est pour refuser l'égalité à une partie de la population déjà stigmatisée. Pour l'égalité et le refus de l'homophobie, c'est le 27 janvier qu'il faut manifester.