Condamnation exemplaire de Christine Boutin

SOS homophobie salue la décision du tribunal correctionnel de Paris qui vient de condamner Christine Boutin à 5 000 euros d'amende pour provocation publique à la haine et à la violence suite à ses déclarations parues dans le magazine Charles en avril 2014.

Christine Boutin avait déclaré alors : « Je n’ai jamais condamné un homosexuel. L’homosexualité est une abomination. Mais pas la personne. Le péché n’est jamais acceptable, mais le pécheur est toujours pardonné. » Depuis les débats sur le Pacs, Christine Boutin, ancienne ministre et ancienne députée, s’est illustrée par ses nombreuses prises de parole à l’encontre des homosexuel-le-s et contre l’égalité des droits. Dès 1998, elle se demande « où placera-t-on la frontière, pour un enfant adopté, entre l’homosexualité et la pédophilie ? » Quinze ans plus tard, pendant les débats sur le mariage pour tou-te-s, elle compare l’homosexualité à une « mode » et déclare qu’ « on est envahis de gays ».

Ce type de déclarations, largement relayées par les médias et trop peu souvent dénoncées, blessent les personnes concernées, alimentent un climat de haine et légitiment les agressions homophobes et transphobes. SOS homophobie rappelle qu'à la même époque, l'association rendait public son rapport annuel sur les témoignages de LGBTphobies reçus en 2013. Dans le contexte des débats autour de la loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de personnes de même sexe, un nombre sans précédent de cas d'actes lesbophobes, gayphobes, biphobes et transphobes avait été enregistré.

La décision très ferme du tribunal correctionnel de Paris rappelle la gravité des propos tenus par Christine Boutin. SOS homophobie en appelle à la responsabilité de l’ensemble de la classe politique et des médias pour que de telles déclarations cessent d'être tenues ou relayées. L’association continuera à être extrêmement attentive et vigilante à toute prise de parole publique susceptible d’alimenter la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie et la transphobie.

Contact presse :
Yohann Roszéwitch, président
06 28 32 02 50 -