Débats à l'Assemblée nationale - 7è jour, par D., membre du Groupe Relations Institutionnelles

La Sonnerie retenti, stridente. C’est l’heure, les débats vont reprendre. Comme à l’école, la cloche signale aux députés qu’il est temps de regagner leur place.
Comme à l’école, certains sont déjà assis, studieusement, pendant que d’autres trainent la pate, chahutent. Les vieux de la vieille, les Copé et autre Glavany.
Entrée du président, qui demande le silence.

Lundi 4 février, 7ème jour des débats sur le mariage pour tous.
Je suis venue prendre une leçon de démocratie. Je vais en apprendre bien d’avantage. Sur la mauvaise foi, l’art de l’obstruction, la méconnaissance de notre vie, la peur de l’autre mais aussi parfois sur la dignité et l’intelligence humaine.
L’assemblée se veut représentative. Elle l’est. Je pensais venir assister à une leçon de politique. C’est l’école de la vie.

21h30 : Les rangs de l’assemblée sont clairsemés, mais la majorité joue le jeu, et s’impose en nombre. Bonne nouvelle.
Vote de l’article 4, qui à l'origine, dressait une longue liste des dispositions du Code civil où «père» et «mère» disparaissaient au profit de «parents». Le 1er vote de ce soir regroupe 184 amendements. De quoi bien ralentir les débats. En 2h, ce ne seront pas mois de 36 députés qui vont exposer leur opposition à cet article majeur.

Voilà, les grandes lignes de ce cours magistral :

Leçon n°1 : l’inquiétude inquiétante
M. Gibbes, très inquiet pour les enfants, et au vue des études effectuées notamment par des pédopsychiatres demande l’application d’un « principe de précaution » pour protéger les enfants. Je suis tentée de lui suggérer l’obligation de porter une étiquette « Sans OGM, 100% enfants d’hétéro »...

Leçon n°2 : à quoi sert un homosexuel
M. Dhuicq nous apprend que les homosexuels sont très utiles car ils ont « une fonction sociale de transgression ». Fonction selon lui lui très respectable et nécessaire à la société. ... Mais finalement assez incompatible avec des valeurs éducatives, c’est ca M. Dhuicq ?

Leçon n°3 : le réveil de la gentille France contre les progressistes
Envolée lyrique de M. Tardy qui revient sur le succès selon lui des manifestations anti-mariage, manifestations « de la gentille France familiale, la France des taiseux, la France qui ne fait pas de bruit, la France bien élevée qui ne veut pas déranger, celle qui bosse et paye ses impôts sans moufter, celle qui n’a jamais commis de plus gros délit que de dépasser le temps imparti par un horodateur,.... Il faut se méfier, chers collègues, de la France bien élevée et de son côté DIESEL : un peu longue à chauffer mais qui, lorsqu’elle est lancée – un peu comme les députés dans cet hémicycle – est increvable. » Alors là j’en ai appris beaucoup sur moi et mes concitoyens qui ont défilé dans l’autre manif... nous serions donc l’opposé de cette France Diesel. Mais c’est pas un peu polluant le Diesel ?

Leçon n°4 : de l’utilisation des petites phrases assassines
Où l’opposition fait mouche, morceaux choisis :
Avec cette loi, « vous portez le testament de la famille française, qui constitue la colonne vertébrale de notre société» (M. de Rocca Serra)
Elle « est une entreprise de démolition de notre code civil et donc de notre société » (M. Schneider)
« Le mariage est devenu un bien de consommation », (M. Hetzel)
« Un homme et une femme, ce n’est pas pareil » (Merci Mme Poletti)
C’est « un écran de fumée pour cachée la crise » (M. Vigier)
« Vous êtes en train de tuer nos valeurs, notre culture, notre histoire, et de déstructurer notre société. C’est une folie », (M. Vigier encore)
« L’enfant devient SDF, sans domicile filiatif» (M. Lellouche)

Leçon n°5 : Petite leçon de féminisme avec Mme Grosskost
Sur la prétendue suppression du mot « mère » : « Est-ce là un progrès pour nous, les femmes ? Est-ce pour un tel résultat que nous sommes battues sur tous les bancs ? À présent, mesdames, nous sommes asexuées dans le code civil. »
Jolie réplique de M. Glavany : « Vous confondez la gauche et la droite, madame Grosskost, vous êtes asexuée politiquement ! » Qui en retour ce fait traiter « d’Hétérophobe »...

Leçon n°6 : Leçon d’histoire, leçon d’espoir
Par le député de la majorité M. Coronado
« En 1998, lors du débat sur le Pacs, des membres de l’opposition comparaient les couples de même sexe à des animaux de compagnie. Des membres de l’opposition proposaient même de les stériliser ! Aujourd’hui, vous ne faites qu’une proposition : le refus de l’égalité des droits. Je crois qu’on avance, chers collègues ! »

...Après 36 interventions, une colère juste de Christiane Taubira suite à la référence aux triangle rose, place au vote.
1 seul vote pour ces 184 amendements.
Rejeté à 200 voix contre 119.

Doucement, lentement, laborieusement avec beaucoup de démagogie, d’amalgames et de peurs infondées, l’égalité trace son chemin sur les bancs de l’Assemblée.
C’est une belle leçon. J’espère juste que la France aura une bonne note à l’examen final.