Des images et des mots pour lutter contre l’homophobie à l’école

SOS homophobie salue le lancement d'une nouvelle campagne nationale de lutte contre l'homophobie par le ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle doit permettre de sensibiliser les collégien-ne-s, les lycéen-ne-s, les étudiant-e-s et l'ensemble des personnels de l'Education nationale à l'importance de cette lutte.

Dans l'enseignement secondaire, la campagne s'appuie sur la diffusion d'outils d'information et de prévention de l'homophobie, en particulier, une affiche intitulée « L'homophobie n'a pas sa place à l'école » (http://www.education.gouv.fr/pid32090/contre-l-homophobie-a-l-ecole.html). Dans l'enseignement supérieur, quatre affiches « Lutter contre l'homophobie : le combat de toutes et de tous » ont été distribuées. Un site internet a été mis en place (http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/contrelhomophobie) pour fournir les outils et ressources nécessaires à celles et ceux qui luttent contre les violences et les discriminations liées à l'orientation sexuelle et l'identité de genre.

En 2013, le rapport de Michel Teychenné intitulé « Discriminations LGBTphobes à l'Ecole, Etat des lieux et recommandations » estimait à plus d'un million les jeunes qui pouvaient être victimes de violences et discriminations LGBTphobes à l'école qu'il s'agisse des jeunes lesbiennes, gays, bi-e-s ou supposé-e-s l'être, des enfants élevé-e-s dans des familles homoparentales ou par un parent homosexuel. Moqueries, insultes, rejet, violences et harcèlement sont parmi les principales manifestations de l'homophobie et de la transphobie en milieu scolaire. Repli sur soi, mal-être, baisse des résultats scolaires ou universitaires, suicides sont parmi les principales conséquences de ces mots et des gestes qui blessent et parfois tuent. Seule l'attention et la mobilisation de toutes et de tous permettront d'aider les victimes et de prévenir les LGBTphobies à l'école et à l'université.

Dans toutes les actions qui sont menées, SOS homophobie rappelle l'importance de prendre en compte toutes les dimensions des LGBTphobies, notamment la transphobie. L'association sera très attentive aux actions qui pourront être menées à la suite de cette campagne, notamment en matière de production de ressources et de formation des personnels de la communauté éducative.

Contact presse :
Yohann Roszéwitch, président
06 28 32 02 50 -