Des militant-e-s contre l'homophobie arrêtés à Paris : SOS homophobie demande des excuses aux pouvoirs publics et une condamnation de l'homophobie de l'Arabie Saoudite

Hier soir, à Paris, lors d'une manifestation contre l'homophobie, une quarantaine de militant-e-s de plusieurs associations ont été arrêtés par les forces de l'ordre. Ils protestaient contre l'homophobie en Arabie Saoudite, à l'occasion de la visite à Paris du prince héritier Abdallah Ben Abdel Aziz. SOS homophobie exige des explications et des excuses aux pouvoirs publics et une condamnation claire de l'homophobie en Arabie Saoudite par l'État français.

L'Arabie Saoudite vient de condamner une centaine d'homosexuels à des peines de prison (certains jusqu'à 6 mois d'emprisonnement) et à des châtiments corporels (jusqu'à 2000 coups de fouet) pour avoir porté une perruque ou s'être comportés « comme des femmes », lors d'un procès sans avocat. L'homosexualité est toujours passible de peine de mort en Arabie Saoudite.

Afin d'interpeller le gouvernement français à l'occasion de la visite à Paris du prince héritier Abdallah Ben Abdel Aziz accueilli officiellement, une manifestation était organisée le jeudi 14 avril 2005 devant le Ministère des Affaires Etrangères à Paris, à l'appel notamment de Act Up-Paris, AGLA, C'est l'bouquet, le GAT, HES, l'Inter-LGBT, Inter-Centres-LGBT, Les Panthères Roses, les Verts, MixCité, Solidarité LGBT International et SOS homophobie.

Une quarantaine de manifestant-e-s ont été interpellés par les forces de police et relâchés quelques heures plus tard.

Cette arrestation est inacceptable, tout comme l'accueil officiel à Paris d'un représentant d'un pays qui bafoue de la sorte les droits de l'homme. Une nouvelle fois on a interdit à des militants d'exprimer leur inquiétude et de s'opposer au silence bienveillant du Président de la République vis à vis de régimes qui oppriment des minorités. Les discours de tolérance zéro vis-à-vis des discriminations doivent s'appliquer aux homophobes, pas à celles et ceux qui en sont victimes.

SOS homophobie attend donc des explications et des excuses des pouvoirs publics sur ces arrestations à Paris et la condamnation ferme et immédiate de l'homophobie en Arabie Saoudite par le Chef de l'État Jacques Chirac. L'homophobie tue de nombreuses personnes dans le monde chaque année dans l'indifférence la plus totale. La lutte contre les discriminations ne peut pas souffrir d'exceptions.

SOS homophobie
www.sos-homophobie.org
Ligne d'écoute anonyme : 0810 108 135 ou 01 48 06 42 41

Secrétariat presse : 06.28.32.02.50 /