Don de sang des homosexuels : un pas en avant

Dans le cadre de la présentation de la « loi santé », l’Assemblée nationale a adopté hier un amendement contre l’exclusion des homosexuels et des bisexuels masculins du don de sang. SOS homophobie se réjouit que les député-e-s présent-e-s aient voté de manière unanime et transpartisanne un amendement selon lequel « nul ne peut être exclu du don de sang en raison de son orientation sexuelle ». Cet amendement, déposé par le député UDI Arnaud Richard, a également reçu le soutien de la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, Marisol Touraine, pour qui il s’agit de « lever les discriminations relatives à l’orientation sexuelle, et de leur substituer un critère de comportement sexuel s’appliquant à l’ensemble des donneurs potentiels ».

L’interdiction faite aux gays et aux hommes bisexuels depuis 1983 de donner leur sang constitue une discrimination flagrante, se nourrissant et alimentant les stéréotypes à l’égard des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, pour qui l’orientation sexuelle déterminerait d’emblée une prédisposition à la maladie. L’avis récent du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) prônant le maintien de l’exclusion entretient les mêmes préjugés.

Lors de la campagne présidentielle de 2012, à la question « Ouvrirez-vous le don du sang aux homosexuels ? » posée par SOS homophobie, le candidat François Hollande répondait : « Oui, je mettrai fin à l’exclusion du don de sang, parce que chaque prélèvement est contrôlé d’abord, et parce qu’il est dévastateur à tous les niveaux d’accréditer une forme de présomption de séropositivité des hommes homosexuels. Il n’y a pas de "population à risques", mais des "pratiques à risques". » (http://www.sos-homophobie.org/presidentielle/presidentielle-2012-reponses-de-francois-hollande-au-questionnaire-de-sos-homophobie). SOS homophobie restera mobilisée jusqu’à ce que cette promesse, réitérée à plusieurs reprises par Marisol Touraine depuis le début de la mandature, soit tenue.

SOS homophobie tient aujourd’hui à féliciter les député-e-s et le gouvernement pour leur prise de conscience et leur volonté de mettre fin à cette discrimination. Après le vote de cet amendement, nous serons particulièrement vigilant-e-s au maintien de cette disposition dans le texte de loi, et surtout à la publication rapide des textes réglementaires permettant de lever effectivement cette interdiction. Une évolution du questionnaire préalable au don de sang nous apparaît désormais indispensable pour que le vote de cet amendement ne se résume pas qu’à une position de principe.

Contact presse :
Yohann Roszéwitch, président
06 28 32 02 50 -