Don du sang : une avancée encore insuffisante

Suite à l’adoption en première lecture par le parlement d’un amendement à la loi Santé disposant que « nul ne peut être exclu du don du sang en raison de son orientation sexuelle », et après que la Cour de justice de l’Union européenne a rappelé à la France le « principe de non-discrimination fondée sur l’orientation sexuelle » pour la sélection des donneurs, le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes a présenté aujourd’hui le projet de modification de l’arrêté du 12 janvier 2009 fixant les critères de sélection des donneurs de sang.

La réglementation relative au don du sang des hommes gays et bisexuels évoluera ainsi : l’ajournement permanent au don du sang en cas de relation sexuelle entre hommes sera remplacé par un ajournement temporaire de 12 mois après la dernière relation sexuelle. Le don de plasma sécurisé par quarantaine deviendra possible sans ajournement particulier lié à l’orientation sexuelle.

SOS homophobie salue la fin de l’exclusion systématique et à vie des homosexuels et bisexuels masculins des dons de sang mais regrette très fortement le maintien des discriminations fondées sur l’orientation sexuelle. Cette évolution ne met pas fin à la stigmatisation des hommes gays et bisexuels et entretient ainsi l’homophobie et la biphobie.

L’association demandait un alignement des conditions du don de sang des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes sur le reste de la population, soit un ajournement de 4 mois pour tou-te-s uniquement en cas de prises de risques. Elle réitère son attachement à la mise en place de critères d’exclusion fondés non pas sur la notion de « population à risque » mais sur celle de « comportement à risque ».

A l’occasion de la concertation organisée ces derniers mois par le ministère de la Santé, SOS homophobie a également fait part de ses inquiétudes sur le possible fichage des homosexuels et bisexuels dans le cadre des dons de sang. L’association demande aux pouvoirs publics que les conditions de collecte d’informations sur les donneurs soient clarifiées et qu’aucune donnée mentionnant leur orientation sexuelle ne soit conservée.

Contact presse :
Yohann Roszéwitch, président
06 28 32 02 50 - 
yohann.roszewitch@sos-homophobie.org