Election des instances représentatives de SOS homophobie

Le 22 septembre 2007, le Conseil d'Administration et le Bureau de SOS homophobie ont été renouvelés à l'occasion d'une assemblée générale suivie d'un conseil d'administration.

Le nouveau Bureau est composé de :

  • Marion Le Moine (co-Présidente)
  • Jacques Lizé (co-Président)
  • Julien Lemonnier (Trésorier)
  • Ronan Rosec (Trésorier adjoint)
  • Michel Navion (Secrétaire général)

Conformément à ses nouveaux statuts, l'association est donc désormais dirigée par deux co-présidents, une femme et un homme. Cette élection reflète la détermination de SOS homophobie à développer sa mixité et à faire reconnaître la spécificité de l'homophobie dont les lesbiennes sont victimes.

Jacques Lizé, devenu écoutant à la suite d'une agression, est ainsi réélu à la présidence pour poursuivre le développement de l'association. Marion Le Moine et Julien Lemonnier sont responsables depuis 2 ans de la publication du Rapport annuel sur l'homophobie. Avocat, Michel Navion défend dans sa pratique quotidienne de nombreuses victimes d'agressions homophobes. Et le Bureau retrouve avec plaisir Ronan Rosec, qui a présidé l'association de 2002 à 2005.

Anne Claret-Tournier, Nadine Cadiou, Flannan Obé et Fabrice Soulage n‘ont pas souhaité se représenter. L'association les remercie vivement pour leur implication et leur détermination qui ont largement contribué, depuis 5 ans, à renforcer l'efficacité de l'action de SOS homophobie auprès des victimes gays et lesbiennes.

La nouvelle équipe est plus que jamais décidée à lutter pour obtenir l'égalité des droits entre les homosexuel-le-s et les hétérosexuel-le-s, et pour que soit mise en place une politique ambitieuse et cohérente à l'échelle nationale, visant à la prévention de l'homophobie, condition indispensable pour engager la diminution des actes et propos homophobes.

Deux grands axes d'action sont définis pour 2008 : la lutte contre le suicide des jeunes homosexuel-le-s et la lutte contre l'homophobie dans le milieu du travail.

L'association continuera de soutenir les victimes d'homophobie en France, que ce soit par sa ligne anonyme d'écoute et d'assistance, mais aussi par le développement du réseau de correspondants dans toute la France.