Evoquer l'homosexualité à l'école primaire : SOS homophobie appelle Luc Chatel au dialogue

Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a réitéré dimanche 7 février son opposition au seul fait d'évoquer devant des élèves de CM1-CM2 ce qu'est l'homosexualité. Ce matin sur RTL, Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la famille, a soutenu la décision de Monsieur Chatel. SOS homophobie ne comprend pas pourquoi une telle sanction est maintenue : le problème n'est pas le film "Le Baiser de la lune", puisqu'il n'a pas encore été réalisé (!), mais le principe même d'aborder une histoire d'amour entre deux personnes du même sexe.

SOS homophobie rappelle que ce n'est pas au collège que les préjugés homophobes naissent chez les élèves : l'association a encore reçu, ces derniers mois, des témoignages de parents qui s'inquiétaient pour leurs enfants, objets d'insultes homophobes de la part de leurs camarades à l'école primaire. Taxer le film de "prosélytisme" est non seulement
absurde (ou alors tous les contes mettant en scène une histoire d'amour entre un homme et une femme font également oeuvre de prosélytisme...), mais entretient également un amalgame qu'on pourrait espérer aujourd'hui caduque, qui veut que l'orientation sexuelle relève d'un choix personnel. Ces éléments justifient parfaitement que toute initiative, privée ou publique, permettant de lever le tabou de l'homosexualité à l'école soit soutenue, et non condamnée, comme l'est le film "Le Baiser de la lune", interdit de diffusion dans les écoles primaires.

Nous nous étonnons, alors que le ministre vient d'annoncer une campagne d'affichage dans les collèges et lycées pour lutter contre les discriminations liées à l'orientation sexuelle, qu'il refuse catégoriquement de participer à ce travail de prévention en amont. Nous appelons donc Monsieur Chatel à revenir sur cette censure, et à prendre le temps du dialogue et de la réflexion sereine sur ce sujet.

Aussi, il serait bon de s'entretenir avec tous les organismes, associatifs et syndicaux, qui soutiennent ce projet. Au concert de plus en plus important de protestations, la FCPE, principale association de parents d'élèves, et le SNUipp-FSU, premier syndicat d'enseignants du primaire, ont joint leurs voix, et ont tout deux demandé au ministre de revenir sur sa décision. Le Planning familial s'est exprimé dans le même sens. L'autre grande association de parents d'élèves, la PEEP, a expliqué dans un communiqué : "Il est essentiel d’apprendre aux enfants le respect de l’autre et de sa différence, tant du point de vue de son genre que de son origine culturelle, sociale ou religieuse. L’Ecole est un acteur majeur pour mener à bien cette mission et la lutte contre toute forme de discrimination est un devoir citoyen."

Ces réactions montrent que le sujet mérite mieux qu'une réponse hâtive aux injonctions de Madame Boutin et à des mouvements lobbyistes ultra-conservateurs, alors que le haut commissaire à la Jeunesse, Martin Hirsch, et des collectivités locales bretonnes soutiennent officiellement et financièrement le film "Le Baiser de la lune".

SOS homophobie est une association mixte de lutte contre l'homophobie. Elle est agrée par le ministère de l'Education nationale au titre des associations éducatives complémentaires de l'enseignement public. A travers sa ligne d'écoute anonyme, elle vient en aide à toutes les victimes, femmes et hommes, d'actes et propos homophobes.
Numéro Azur: 0810 108 135.

En savoir plus sur l'homophobie à l'école en France :