Exclusion des homosexuels du don du sang : SOS homophobie attend la concrétisation des annonces

SOS homophobie enregistre avec satisfaction les déclarations de Madame Bachelot, Ministre de la Santé, qui annonceraient la levée de l'interdiction, pour les homosexuels masculins, de donner leur sang.

Depuis 2005, SOS homophobie mène avec 40 associations partenaires une campagne de promesses de dons et a défendu, de mai à juillet 2006, lors de trois journées de travail avec le ministre de la Santé d'alors, Monsieur Xavier Bertrand, les raisons pour lesquelles cette interdiction de don devait être levée.

Notre point de vue était et reste que pour mieux sécuriser les dons, le critère à retenir et à mieux explorer reste l'éventuelle prise de risques du candidat au don. Et non son orientation sexuelle. Avoir des partenaires multiples et des relations non protégées ne sont pas des pratiques exclusives aux homosexuels et ces données comportementales ne sont pas réellement prises en compte aujourd'hui pour l'éligibilité au don.

Nous avions aussi soulevé qu'un hétérosexuel avouant ces pratiques à risque se voit ajourné pour un an alors que la seule mention de l'homosexualité entraîne une interdiction à vie. Ce qui implique un "fichage" des homosexuels ayant révélé leur orientation sexuelle lors d'une tentative de don. Ce fichier existe aujourd'hui et il fonctionne, puisqu'un homosexuel ayant été refusé pour un don de sang se voit, après consultation du fichier, refusé par un centre de transfusion, même si celui-ci est situé dans une autre région.
Ce "fichage" des homosexuels soulève évidemment des questions éthiques que nous avions stipulées et la garantie du secret médical sur ce fichier ne nous semblait pas satisfaisante.

Le Ministre de la Santé avait pris acte de ces arguments puisqu'il avait, dans une interview au journal Le Monde, le 10 juillet 2006, soit quelques jours après nos derniers entretiens, déclaré que les comportements à risque seraient les seuls critères d'exclusion au don.

Or, depuis juillet 2006, SOS homophobie est restée en contact avec le ministère de la Santé et l'Établissement Français du Sang, pour savoir si les propos de Xavier Bertrand seraient suivis d'effet. Suite à la nomination de Roselyne Bachelot à cette fonction, l'association a été reçue en audience pour rappeler les engagements pris et connaître la position de la nouvelle Ministre.

Après 25 ans de discrimination injustifiée, le bon sens semble enfin revenir.

SOS homophobie se félicite donc de ces déclarations, et demeurera vigilante sur la suite concrète qui leur sera donnée. Lorsque la procédure aura été changée, l'association proposera aux 2000 signataires des promesses de dons de tester les nouvelles dispositions.