Face à la succession d’agressions homophobes, SOS homophobie apporte son soutien aux victimes et propose des mesures concrètes au Gouvernement

Ces derniers jours, plusieurs agressions à caractère homophobes ont eu lieu. Nous apportons tout notre soutien aux personnes, parfois très jeunes, qui ont reçu des insultes et des coups en raison de leur orientation sexuelle ainsi qu’à toutes les victimes d’homophobie et de transphobie qui n’osent pas parler.

Hier soir, la Secrétaire d’Etat Marlène Schiappa, accompagnée de la DILCRAH, a reçu les associations de lutte contre les LGBTphobies. SOS homophobie a rappelé que les LGBTphobies doivent être systématiquement reconnues et condamnées au plus haut niveau de l’Etat. Nous saluons la condamnation de l’homophobie par le Premier Ministre, qui a rappelé qu’elle “n’a pas sa place dans la République française”. Aussi, l’appel à projets locaux d’une enveloppe de 500 000 euros lancé par la Secrétaire d'Etat à destination des associations LGBT est indispensable.

Face à la recrudescence des violences LGBTphobes, le soutien des pouvoirs publics aux associations doit s’accompagner d’une véritable politique publique de lutte contre les LGBTphobies.

SOS homophobie a donc proposé les mesures concrètes suivantes:

  • la rédaction d’une circulaire conjointe au ministère de l’intérieur et au ministère de la justice qui rappelle à la police et à la justice l’arsenal législatif sur les LGBTphobies,
  • la mise en place d’une campagne de sensibilisation grand public sur les LGBTphobies qui incitera les victimes à sortir de la loi du silence et à parler des violences et des discriminations LGBTphobes,
  • la formation initiale et continue des enseignant·e·s, de la police et des magistrat·e·s sur les LGBTphobies.