Haine et violence contre la 1ère gay pride à Moscou

Après l'interdiction des autorités politiques et les menaces des autorités religieuses pour empêcher la première gay pride à Moscou, la haine et la violence se sont abattus sur les manifestants pacifiques. Ces derniers exigeaient simplement le respect de leur droit à vivre librement leur orientation sexuelle et souhaitaient déposer des fleurs sur la tombe du soldat inconnu pour illustrer le parallèle entre la lutte menée jadis contre l'Allemagne nazie et la lutte pour les droits des homosexuels.

Des manifestants ultranationalistes, néofascistes et religieux ont violemment attaqués les manifestants pacifiques russes et leurs amis qui étaient venus notamment de Grande Bretagne, d’Allemagne et de France pour cette première gay pride. La police n’a pas été en reste et a violemment interpellé des dizaines de manifestants pacifiques au lieu de les protéger. Plus d'une centaine de personnes au total ont été interpellées et plusieurs dizaines de manifestants, dont des personnalités étrangères, ont été victimes de violences.

SOS homophobie salue le courage des lesbiennes et des gays qui ont manifesté malgré le climat de haine véhiculé par le Maire de Moscou, les groupes ultranationalistes et néofascistes et les religieux.

Alors que la Russie prend la présidence du Conseil de l’Europe et doit présider le G8 en juillet à St Pétersbourg, SOS homophobie dénonce le climat de haine et de violence développé par les autorités politiques et religieuses Russes. SOS homophobie demande aux autorités françaises et à l’Union Européenne d’intervenir auprès des autorités Russes pour que les droits fondamentaux des personnes lesbiennes, gay, bisexuelles et transgenres soient garantis en Russie.

Contact Presse SOS homophobie : 06 28 32 02 50

SOS homophobie
www.sos-homophobie.org
Ligne d'écoute anonyme : 0810 108 135 ou 01 48 06 42 41