Journée des femmes : SOS homophobie demande un plan national de prévention sur la santé sexuelle des lesbiennes

En ce 8 mars, journée internationale des femmes, SOS homophobie rappelle comme chaque année que les lesbiennes sont victimes, au même titre que les gays, de violences et discriminations quotidiennes. Certaines sont éclatantes, d'autres sourdes. C'est notamment la façon dont la population dans son ensemble peut dénigrer la sexualité entre deux femmes qui, à bien des égards, nourrit ces manifestations hostiles.

Dans la sphère médiatique et publique, la sexualité des lesbiennes est aujourd'hui invisible, voire invisibilisée. Or, c'est dès qu'on nie la possibilité même que deux femmes aient des rapports sexuels entre elles que la lesbophobie commence. Quand on pense que deux femmes ne peuvent avoir du plaisir sans un homme, qu'il leur manquera toujours quelque chose, qu'elles ne seront jamais totalement satisfaites...

L'invisibilité de la sexualité entre femmes se traduit notamment par l'absence criante des lesbiennes dans les campagnes de prévention sexuelle menées par les pouvoirs publics depuis de nombreuses années. Quand il s'agit de combattre les MST et les IST, les hétéros et les gays sont logés à la même enseigne... contrairement aux lesbiennes qui, elles, ne sont pas sensibilisées aux risques de maladies qu'elles peuvent se transmettre. SOS homophobie rappelle à ce titre que les femmes couchant ayant des relations sexuelles avec d'autres femmes ont quatre fois plus de risques d'être contaminées par une IST que les femmes hétérosexuelles.

Il est urgent d'agir. Mener un plan national de prévention sur la santé sexuelle des lesbiennes, ce serait tout autant lutter contre un problème sanitaire non négligeable qu'une reconnaissance de la part des pouvoirs publics des pratiques sexuelles qui peuvent exister entre deux femmes.

C'est pourquoi, dans le cadre de ses actions liées à la campagne présidentielle, SOS homophobie diffuse ce jeudi 8 mars un spot vidéo appelant les candidat-e-s à la présidentielle à mettre en place, s'ils/elles sont élu-e-s, un plan national de prévention sur la santé sexuelle des lesbiennes. Le film peut être vu ici : http://youtu.be/4fu9Xhte1Xs

Dans le questionnaire qui leur a été adressé (http://www.sos-homophobie.org/presidentielle), les candidat-e-s doivent se prononcer sur cette question. Les réponses seront rendues publiques fin mars.