Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes / 25 novembre : le combat continue contre les violences faites aux femmes

A l’occasion du 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, SOS homophobie réaffirme avec force son engagement contre toutes les formes de violences faites aux femmes : harcèlement, sexisme, violences physiques, psychologiques discrimination due à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre...

En solidarité avec toutes les femmes victimes de violences, l’association rappelle l’importance du travail de sensibilisation et d’écoute, pour accompagner les victimes dans leurs démarches judiciaires, souvent longues et difficiles. Aujourd’hui, seules 14% des femmes victimes de violences conjugales et 10% des victimes de viols ou de tentatives de viol trouvent la force d’en parler. C’est encore trop peu, et SOS homophobie continuera le combat pour rendre visibles et donner de la voix à toutes les femmes victimes de violences parce qu’elles sont bisexuelles, lesbiennes ou trans’.

Dans notre enquête sur la visibilité des lesbiennes et la lesbophobie publiée en 2015, nous avons pu constater que 21% des cas recensés ont pris place dans la famille et l’entourage proche, 15% dans les lieux publics, et 23% sur Internet. Les femmes qui manifestent de l’affection à leur partenaire en public, ou s’affranchissent des codes vestimentaires féminins sont bien trop souvent encore l’objet d’insultes, menaces et agressions physiques.
La réalité de ces violences conduit parfois les femmes lesbiennes et bisexuelles à développer des stratégies d’invisibilité pour se protéger, à la fois du sexisme, et des lesbophobie, biphobie et transphobie. SOS homophobie s’engage pour recueillir leur parole sur la ligne d’écoute et sur internet, afin que la spécificité des violences qu’elles subissent ne soit plus tue.

Dans le cadre de notre semaine du témoignage contre l’homophobie jusqu’au 27 novembre, nous encourageons toutes les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, et trans’ à témoigner des discriminations et des violences qu’elles subissent au quotidien. Sur le terrain et à travers nos publications, nous continuerons à combattre le sexisme et les LGBTphobies autant que nécessaire.