L'abus de stéréotypes nuit à la santé

SOS homophobie salue la décision du Conseil Départemental de l'Ordre des Médecins de Côte-d'Or de déposer plainte devant la chambre disciplinaire contre un médecin généraliste. Celui-ci a tenu le 26 décembre dernier des propos homophobes sur Facebook et plusieurs manquements déontologiques au code de la santé publique ont été retenus. Lors de la présentation d'un cas de patient, ce praticien avait déroulé une liste de critères qui, selon lui, permettraient d'identifier les patients homosexuels dans le but d'orienter son diagnostic. S'ensuit la description consternante de ce que serait « un homo de type fofolle avec des manières surjouées » en opposition à « monsieur tout le monde ».

Cette accumulation de stéréotypes a provoqué de vives réactions et représente un flagrant exemple d'homophobie ordinaire. Si le médecin mis en cause se défend de « ne pas juger », SOS homophobie s'inquiète que des soignants véhiculent des clichés aussi réducteurs : cette méconnaissance de leurs patient-e-s est susceptible de nuire à la qualité des soins prodigués. D'autant que, régulièrement entendues au sein du corps médical, de telles manifestations d'ignorance poussent certain-e-s patient-e-s LGBT à la défiance, voire à renoncer à se faire soigner par peur de la stigmatisation.

Au-delà de la prise de conscience nécessaire qui sera l'enjeu de la décision disciplinaire à venir, SOS homophobie restera vigilante et rappelle l'importance des témoignages qu'elle reçoit sur sa ligne d'écoute pour dénoncer et faire reculer les manifestations de LGBTphobie ordinaire.