L'agresseur d’un couple gay condamné à un an d'emprisonnement : SOS homophobie salue la décision

Dans la nuit du 17 au 18 mars dernier, Jean-Paul F. et Jean-Paul B. se faisaient sauvagement agresser à Paris. Leur agresseur a été condamné aujourd'hui par le Tribunal correctionnel de Paris à 1 an d'emprisonnement dont 4 mois ferme avec mandat de dépôt pour violences volontaires aggravées. SOS homophobie, qui s'était constituée partie civile, se félicite que la circonstance aggravante liée à l'orientation sexuelle des victimes ait été retenue. L'agresseur a également été condamné à verser à l'association 1 euro de dommages et intérêts et à rembourser ses frais d'avocat.

Cette nuit-là, près de la gare Montparnasse, les deux hommes, enlacés, attendent le bus qui doit les ramener chez eux. Ils sont alors interpellés par un homme d'une vingtaine d'années, qui les insulte (« Vous êtes dégueulasses, bande de PD », « Je vais te crever, PD »), avant de s'en prendre physiquement à eux. Ces violences ont entraîné 6 jours d'ITT pour Jean-Paul F. et 10 jours pour Jean-Paul B., ce dernier ayant failli perdre un œil. Les victimes déplorent aussi la lâcheté des témoins : le chauffeur de bus qui n'a pas prévenu les secours et l'épicier voisin qui n'est pas intervenu alors que les deux hommes sollicitaient son aide.

Au cours de l'année 2013, nous avons enregistré un nombre record de témoignages, notamment d'agressions physiques, qui font souvent suite à de simples gestes d'affection entre personnes de même sexe. SOS homophobie salue le courage et la détermination de Jean-Paul F. et de Jean-Paul B. qui n'ont pas hésité à rendre publique leur agression et à la porter devant la justice. Leur action a permis de réaffirmer pour chacun-e le droit inaliénable au respect de son intégrité et de sa dignité quelle que soit son orientation sexuelle ou son identité de genre.

SOS homophobie réaffirme son soutien actif à toutes les victimes de lesbophobie, de gayphobie, de biphobie et de transphobie, et met tout en œuvre pour aider celles et ceux qui sont aujourd'hui la cible de ces violences. En plus de sa ligne d'écoute anonyme ouverte tous les jours et du soutien juridique personnalisé qu'elle propose, notre association agit aussi en amont pour prévenir les paroles et les gestes lesbophobes, gayphobes, biphobes et transphobes. Nos bénévoles sont notamment mobilisé-e-s auprès des jeunes, pour construire une société dans laquelle chacune et chacun trouvera sa place. Ainsi, en 2013, ce sont plus de 15 000 collégien-ne-s et lycéen-ne-s qui ont été sensibilisé-e-s à la lutte contre les discriminations.

Lutter contre les LGBTphobies, c'est défendre les droits de toutes et de tous.