L’UEJF, SOS Racisme, SOS homophobie et J’Accuse s’interrogent sur l’efficacité du code de bonne conduite annoncé par les réseaux sociaux et la Commission Européenne