La chasse aux sorcières est ouverte en Pays de la Loire

Nous avons appris avec stupéfaction la décision de la région Pays de la Loire de priver de subvention la 13ème édition du festival CinéPride, organisé par le centre-LGBT de Nantes. Cette subvention de 5000 euros représente le tiers du budget du festival et était versée depuis plusieurs années par le conseil régional. La nouvelle majorité LR-UDI, élue en décembre dernier, en a décidé autrement pour 2016, au motif fallacieux que le centre-LGBT de Nantes ferait la promotion de la Gestation Pour Autrui (GPA).

Cette justification est totalement fausse : le centre n’a fait qu’organiser un débat sur ce thème, mais surtout elle sonne comme un prétexte à une politique culturelle réactionnaire, voire sectaire, visant à mettre en difficulté le festival. Elle a également pour conséquence d’alimenter ces foyers d’homophobie, de biphobie et de transphobie ordinaires que nous combattons, et in fine se révèle particulièrement insidieuse pour les personnes Lesbiennes, Gays, Bi-e-s et Trans'.
Au-delà, le président de région, M. Retailleau, demande aux responsables du centre « à s’engager formellement à ne plus promouvoir la GPA », ce qui constitue un chantage inadmissible dans notre République.

SOS homophobie, solidaire du centre-LGBT de Nantes, apporte tout son soutien à ses membres, dénonce une décision politique inacceptable et appelle les élu-e-s de la région Pays de la Loire à reconsidérer leur décision.