La lutte contre l’homophobie intégrée dans les programmes scolaires, une décision exemplaire

Le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a, aujourd’hui, rendu publics les programmes du nouvel enseignement moral et civique. SOS homophobie salue avec force l’intégration de la lutte contre l’homophobie dans les programmes scolaires de l’école élémentaire et du collège (http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?pid_bo=32675).

Selon le rapport remis par Michel Teychenné au ministre chargé de l’Éducation nationale en juin 2013 (Discriminations LGBTphobes à l’École – État des lieux et recommandations), plus de 700 000 jeunes seraient susceptibles d’être confronté-e-s au cours de leur scolarité aux LGBTphobies qu’il s’agisse de jeunes lesbiennes, gays, bi-e-s ou trans ou présumé-e-s l’être ou de jeunes vivant dans des familles homoparentales.

La violence et la haine auxquelles elles et ils sont confronté-e-s ont des conséquences dramatiques : perte d’estime de soi, peur et crainte, harcèlement et isolement, démotivation et décrochage scolaire, dépression et, parfois, suicide. Pour un-e jeune LGBT, le risque d’effectuer une tentative de suicide au cours de son existence est ainsi deux à dix fois supérieur à celui des jeunes hétérosexuel-le-s.

L’intégration de l’homophobie dans les programmes scolaires constitue une avancée historique qui permettra de lutter, dès le plus jeune âge, contre les stéréotypes et les préjugés qui conduisent à l’homophobie, d’aider chaque jeune à trouver sa place à l’École et dans notre société, quelle que soit son orientation sexuelle. Dans un contexte particulièrement difficile, elle donne aux enseignant-e-s la légitimité nécessaire pour aborder la question de la lutte contre l’homophobie à l’École.

Cette mesure constitue une décision exemplaire qui participe à la construction d’une société de tolérance, de respect et de diversité.

Néanmoins, SOS homophobie regrette que la transphobie reste exclue des programmes scolaires. Notre association sera donc particulièrement attentive à l’inclusion de toutes les dimensions des LGBTphobies dans ce nouvel enseignement, aux ressources pédagogiques et aux formations qui seront proposées aux enseignant-e-s.

Contact presse :
Yohann Roszéwitch, président
06 28 32 02 50 -