Le Prix Guénin contre l’homophobie 2012 est remis à Virginie Despentes et au Paris Foot Gay

Après avoir distingué la pièce de théâtre Place des Mythos en 2009, le film d'animation Le Baiser de la lune en 2010, et Hélène Mandroux maire de Montpellier en 2011, le jury du prix Pierre Guénin contre l'homophobie salue cette année le travail et l'engagement de Virginie Despentes et de l’association Paris Foot Gay. Elles recevront le prix des mains de Pierre Guénin lors de la cérémonie organisée par SOS homophobie pour la présentation de son 16e Rapport annuel sur l’homophobie, à la Mairie du IVe arrondissement de Paris, le 14 mai, à quelques jours de la Journée Internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie.

Pionnier de la presse gay en France, Pierre Guénin se bat depuis la fin des années 1960 pour la visibilité des homosexuel-le-s dans la société civile et les médias. Son prix annuel distingue une personne, un groupe de personnes ou un projet qui a particulièrement contribué à la lutte contre l'homophobie et à l'avancée des droits LGBT au cours de l'année passée. Le ou la lauréat-e permettra à une association qu’il-elle désignera de recevoir une somme de 4000 euros.
Cette année, cette somme sera partagée entre le Paris Foot Gay, et l’association Gouine comme un camion choisie par Virginie Despentes qui œuvre à l’organisation d’un char lesbien pour participer à la Marche des Fiertés parisienne.

Virginie Despentes a, au cours de sa carrière d’écrivaine et de cinéaste, œuvré à montrer l’image de femmes fortes, indépendantes et autonomes, parfois lesbiennes, comme dans son documentaire Mutantes (Féminisme Porno Punk) ou encore son roman Apocalypse bébé – les rendant par là même plus visibles que jamais dans une société où l’homosexualité féminine est bien souvent ignorée – des femmes qui, dans tous les cas, refusent le joug hétéro-patriarcal comme peut l’illustrer l’essai King Kong Théorie. La remise du prix Guénin à Virginie Despentes salue toute la visibilité des femmes lesbiennes, toute la déconstruction des clichés et toute la lutte contre le sexisme que son œuvre a déjà permis.

L’association du Paris Foot Gay œuvre quant à elle depuis bientôt 10 ans contre l’homophobie dans le sport et pour une meilleure acceptation des différences dans le milieu sportif. Organisatrice du désormais traditionnel tournoi de football b. yourself, partenaire du Club du Paris Saint-Germain et initiatrice de la Charte contre l’homophobie dans le football, l’association a permis d’importer la lutte contre l’homophobie dans les stades, dans les clubs et dans les vestiaires. Egalement partenaire de la LICRA, le Paris Foot Gay travaille à mutualiser les luttes contre les différentes formes de discrimination dans le sport. La remise du prix Guénin à cette association récompense le travail accompli et vise à lui permettre de continuer encore à mener ses actions.

Quelques jours après l’élection d’un nouveau Président de la République engagé pour l’égalité des droits, cette double attribution du Prix Guénin au moment de la sortie du Rapport annuel sur l’homophobie rappelle que la lutte contre la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie, la transphobie et le sexisme est un combat de tous les jours, qui nécessite, outre une volonté politique, un important travail de terrain et d’éducation afin de déconstruire les clichés et d’ouvrir les esprits à plus de tolérance et d’acceptation.