Le prix Pierre Guénin contre l’homophobie est décerné à Jean-Paul Cluzel

Le 11 mars 2015, les membres du jury du prix Pierre Guénin contre l’homophobie et pour l’égalité des droits, parmi lesquels compte SOS homophobie, se sont réuni-e-s et ont décidé de distinguer Jean-Paul Cluzel.

Haut-fonctionnaire, Jean-Paul Cluzel a notamment été directeur de l’Opéra de Paris, président de Radio France Internationale puis de Radio France. Aujourd’hui, il occupe la fonction de président de la Réunion des musées nationaux et du Grand-Palais des Champs-Elysées. En lui octroyant ce prix, le jury du prix Pierre Guénin contre l’homophobie et pour l’égalité des droits a notamment souhaité récompenser les propos tenus par Jean-Paul Cluzel dans M, le magazine du Monde du 29/08/2014 : « Je considère que, lorsqu’on occupe une position sociale supérieure, la vie privée n’existe plus et qu’il faut se montrer pour aider les jeunes gays vivant dans des milieux moins libéraux. » Dans un contexte de libération de la parole homophobe, cette déclaration exemplaire résume la vie d’un homme qui a toujours milité pour une grande visibilité des personnes LGBT et la reconnaissance de leurs droits.

Le jury tient ainsi à rappeler l’importance de l’engagement public dans le combat contre l’homophobie et la transphobie et pour l’Egalité des droits. Les personnalités publiques, LGBT ou non, peuvent ainsi jouer un rôle majeur pour faire reculer la violence et la haine. Elles donnent au discours en faveur de l’Egalité des droits la légitimité et la force nécessaires pour combattre toutes les formes d’intolérance.

Cette année, le jury a choisi de remettre la récompense du prix conjointement aux sociologues Karine Espineira et Arnaud Alessandrin pour leur étude sur la transphobie (http://yagg.com/files/2014/11/Rapport-sur-la-Mission-Transphobie-.pdf), et à l’association HM2F (Homosexuel-le-s Musulman-ne-s de France) pour leur accueil et leur accompagnement des LGBT musulman-ne-s (http://www.homosexuels-musulmans.org/accueil.html). Dans leur étude parue en novembre 2014, Karine Espineira et Arnaud Alessandrin révélaient que près de 85 % des personnes trans avaient été victimes d’actes ou de propos transphobes au cours de leur vie et que 96 % d’entre elles n’avaient pas porté plainte. L’association HM2F quant à elle aide les lesbiennes, gays, bi-e-s et trans musulman-ne-s à concilier leur orientation sexuelle et leur identité de genre avec leur foi religieuse. Le jury se félicite de ces distinctions qui permettent de mettre en avant des minorités souvent oubliées dans le combat contre les amalgames et les stéréotypes et pour une société plus égalitaire et inclusive.

Contacts presse :
Prix Pierre Guénin : Alexandre Benallaoua, 06 79 16 56 71 -

SOS homophobie : Yohann Roszéwitch, président, 06 28 32 02 50 -

Le prix Pierre Guénin contre l’homophobie et pour l’égalité des droits avait distingué la pièce de théâtre Place des Mythos en 2009, le film d'animation Le Baiser de la lune en 2010, la maire de Montpellier Hélène Mandroux en 2011, Virginie Despentes et le Paris Foot Gay en 2012, Sophia Aram en 2013, et Edouard Louis et Sébastien Lifshitz en 2014.

Le jury est composé de Pierre Guénin, ancien journaliste, Yohann Roszéwitch, président de SOS homophobie, Christophe Girard, maire du 4ème arrondissement de Paris, Frank Delaval, directeur de cabinet du président d’une association caritative, Alexandre Benallaoua, directeur de la Petite Robe Noire - Didier Ludot, Judith Silberfeld, rédactrice en chef de Yagg, Didier Mesgard, journaliste, Fabrice Dupré, webmaster, Alain Burosse, réalisateur, Joëlle Matos, productrice, et Pierre et Gilles, photographes.

Depuis sa participation au FHAR avec Guy Hocquenheim et Pierre Hahn, et pionnier de la presse gay en France, Pierre Guénin se bat depuis la fin des années 1960 pour la visibilité des homosexuel-le-s dans la société civile et les médias. La création de son prix contre l’homophobie, unique en son genre en France, s’inscrit logiquement dans un parcours militant constant. Son prix annuel distingue une personne, un groupe de personnes ou un projet qui a particulièrement contribué à la lutte contre l'homophobie et à l'avancée des droits LGBT au cours de l'année passée. Le ou la lauréat-e permet à une association de recevoir une somme de 4000 euros.