Le thème trans et intersexe dans le questionnaire adressé aux candidat-e-s à l’élection présidentielle

SOS homophobie a contribué à la réalisation d’un questionnaire adressé aux candidat-e-s à la présidentielle avec d’autres associations dont l’Inter-LGBT. Certaines questions posées ont donné lieu à de vives réactions de la Fédération trans et Intersexes. Dans ce contexte, SOS homophobie publiera les questionnaires en enlevant les questions, objet de la contestation.

Il était demandé aux candidat.e.s de se positionner notamment pour ou contre "un Protocole National de Diagnostic et de Soin (...) pour garantir une prise en charge effective (...) des parcours de transition”. Cette formulation pathologisante est contraire aux revendications de SOS homophobie qui se positionne  pour l'abrogation des protocoles hospitaliers actuellement en vigueur, le démantèlement des équipes hospitalières, et le libre choix de son parcours de soins.

SOS homophobie regrette l’usage de ces mots qui ont pu blesser. Elle reconnaît qu’il sont maladroit et inappropriés.

Dans un contexte où la transphobie persiste dans la société française et dans notre droit, SOS homophobie réaffirme son engagement en faveur des libertés et des droits des personnes trans et intersexes. Aussi, elle souhaite renforcer ses liens avec les associations trans et intersexe qui, elles seules, prennent la mesure des situations de violences, souvent quotidiennes, dont elles peuvent être victimes.

SOS homophobie prendra contact avec  les associations trans et intersexes dans les prochaines semaines afin d’échanger sur les problématiques de transidentité et sur les chantiers importants à l’heure ou nous nous apprêtons désigner le/la prochain candidat-e à l’élection présidentielle.