Les mots indignes et haineux du cardinal André Vingt-Trois

SOS homophobie condamne fermement la déclaration du cardinal André Vingt-Trois, à l’occasion de son homélie en hommage aux victimes de Saint-Etienne du Rouvray, mercredi 27 juillet : « Silence des élites devant les déviances des mœurs et légalisation des déviances. »

Dans un moment de recueillement et de rassemblement de la société, alors que les temps troublés appellent à la dignité, à s’entraider et à tenir à distance les discours de haine, cette déclaration nous a profondément choqué-e-s et attristé-e-s. SOS homophobie regrette l’association rétrograde implicite entre « homosexualité » et « déviance », et la remise en cause de la légitimité des relations amoureuses des personnes homosexuelles et bisexuelles.

L’association rappelle à Monseigneur Vingt-Trois et à tou-te-s les ennemi-e-s de l’égalité des droits que, depuis l’ouverture au mariage et à l’adoption aux couples de personnes de même sexe par la loi du 17 mai 2013, plus de 25 000 couples de femmes et d’hommes se sont mariés. Des milliers de familles ont déposé des demandes d’adoption et entamé des démarches de procédures de reconnaissance parentale. Autant de démarches positives et constructives, à l’opposé de l’instabilité des familles dénoncée par le cardinal.

Bien loin des mystifications entretenues par les ennemis de l’égalité entre toutes et tous, l’avancée des droits des personnes homosexuelles, bisexuelles et trans’ participe à la construction d’une société plus harmonieuse, garante du respect et de la liberté de chacun-e. Les personnes lesbiennes, gays, bi-e-s et trans’ sont fier-e-s d’aimer celles et ceux qu’elles et ils aiment, d’avoir la liberté de les épouser ou de ne pas les épouser, ou d’adopter un enfant.
SOS homophobie porte l’espoir d’une société plus inclusive, qui reconnaît chaque individu dans son orientation amoureuse et son identité de genre, et notre association sera toujours prête à défendre cet espoir devant toutes manifestations LGBTphobes (lesbophobie, homophobie, biphobie, et transphobie).

Dans un contexte de violence et de haine, où chaque individu peut éprouver la tentation de se replier sur soi, il est d’autant plus important de faire l’effort d’apprendre à découvrir l’autre, à respecter son identité de genre, son orientation sexuelle, ses amours, et mettre ainsi fin, une fois pour toutes, aux jugements de valeur d’un autre temps et aux amalgames douteux.