Lettre ouverte à Libération : non, les appels au meurtre des homosexuel-le-s ne se résument pas à "quelques mots disgracieux"

A l'occasion de son concert au Zénith de Paris, Libération a publié le 8 décembre un article sur le chanteur de dancehall Admiral T, qui vient d'être récompensé par un Césaire de la musique dans la catégorie Révélation.

Le quotidien écrit notamment : "Si, par le passé, Admiral T a eu quelques mots disgracieux pour les makoumé (homos, en créole), il est aujourd'hui surtout connu pour ses hymnes aux Antilles et son énergie qui concurrence Sean Paul et Beenie Man."

Rappelons quelques paroles des chansons Makoumé ("pédé") et Batty Boy Dead now d'Admiral T: "On est venu pour brûler les pédés qui restent près de l'hôtel de ville... Tu peux en être sûr, ils ne s'en sortiront pas sans bobos... Ce que je dis, c'est ce que je pense moi-même, je ne suis pas un menteur... Si tuer les pédés, c'était du sexe, je serais un nympho..."
"Ils vont souffrir, souffrir, ils vont prendre du gaz, du gaz... Au lieu de tirer au fusil sur ton frère, tire sur eux... Ils vont cuire comme de l'eau dans un chauffe-eau... Les pédés, c'est des cigarettes, brûlez-les comme des mégots...".

Dans la même veine, on trouve la chanson "McDoom Dead" du chanteur Krys, devenue un tube réclamé par ses fans lors de ses concerts, et dont les paroles circulent abondamment sur Internet : "Brûlez tous les bisexuels, les transsexuels, les homosexuels et les travestis, de cette mission là je m'investis" ; "Coup de fusil sur les PD Clic clac boum" ; "Les PD sentent, je les tue sur un instru" ; "Ils peuvent aller dire que Krys a dit : ils méritent tous de brûler".

Quelle serait la réaction de Libération si au lieu de s'attaquer aux "pédés" les mêmes chansons s'adressaient aux Noirs, aux Juifs ou aux Arabes : "On est venu pour brûler les nègres, les youpins et les bougnoules qui restent près de l'hôtel de ville... Tu peux en être sûr, ils ne s'en sortiront pas sans bobos... Ce que je dis, c'est ce que je pense moi-même, je ne suis pas un menteur...Si tuer les nègres, les youpins et les bougnoules, c'était du sexe, je serais un nympho..."
"Ils vont souffrir, souffrir, ils vont prendre du gaz, du gaz... Au lieu de tirer au fusil sur ton frère, tire sur eux... Ils vont cuire comme de l'eau dans un chauffe-eau... Les nègres, les youpins et les bougnoules, c'est des cigarettes, brûlez-les comme des mégots..."

Des "artistes" qui chanteraient de telles horreurs seraient-ils récompensés par des prix ? Leurs chansons seraient-elles diffusées sur les ondes et dans les émissions TV ? Auraient-ils le droit de donner des concerts ? Des journalistes écriraient-ils que ces chanteurs ont simplement eu "quelques propos disgracieux" vis-à-vis des Noirs, des Juifs ou des Arabes ?

L'appel aux meurtre des homosexuel-les serait-il moins grave que l'appel au meurtre des Noirs, des Arabes, des Juifs ou de tout autre citoyen ? Les homosexuel-les seraient-ils des sous-citoyens dont la vie aurait moins de prix que d'autres ?

Ni Admiral T, ni Krys, n'ont clairement renié les chansons appelant au meurtre des homosexuel-les qu'ils ont écrites et chantées. Le premier se contentant d'une déclaration de bonnes intentions vis-à-vis des homosexuel-les, le second se réfugiant derrière ses convictions religieuses pour justifier son homophobie.

L'indulgence de l'article de Libération nous choque. SOS homophobie refuse la complaisance à l'égard de ces artistes homophobes et attend d'eux qu'ils renient clairement ces chansons et s'expriment fermement contre l'homophobie.

SOS homophobie
www.sos-homophobie.org
Ligne d'écoute anonyme : 0810 108 135 ou 01 48 06 42 41
Secrétariat presse : 06.28.32.02.50 /