Lettre ouverte à M. David DOUILLET

Monsieur,

Le 7 février dernier, vous avez participé à l’émission le Grand Journal et avez, dans la « Boîte à questions » indiqué que la phrase à ne jamais vous dire serait « T’es une tapette ».

Ce n’est pas la première fois que vous utilisez publiquement le terme de « tapette » qui semble être à vos yeux l’injure ultime, celle qui représenterait les pires défauts qu’un homme pourrait avoir… En tant qu’ex-ministre des sports et ancien sportif de haut niveau vous ne pouvez pourtant pas ignorer les effets dévastateurs de l’homophobie sur les personnes qui en sont des victimes, directes ou indirectes.

Venant d’un élu de la République, ces propos prennent une signification toute particulière : ainsi il ne faudrait surtout pas vous associer aux homosexuels ? Ainsi « tapette » serait la pire insulte à diriger vers l’ancien champion olympique, vers l’ancien ministre et vers le député que vous êtes ?

Monsieur Douillet, nous sommes fiers d’être les « tapettes » que vous ne voulez pas être, nous sommes fier-e-s d’être lesbiennes, gays, bi-e-s ou trans et nous sommes fier-e-s de ne pas être associé-e-s à vos valeurs ! Nous invitons vos électrices et électeurs mais aussi les autres élu-e-s de votre famille politique à prendre la mesure de vos prises de position et de vos plaisanteries douteuses. Votre palmarès sportif a longtemps fait la fierté de notre pays ; vos prises de positions publiques teintées d’homophobie ont, peu à peu, associé votre nom au rejet et au dénigrement d’une partie de la population.

Nous n’attendons ni excuses ni regrets de votre part ; alors que les jeux olympiques de Sotchi sont entachés par les discriminations et violences subies par les LGBT russes, vos propos ne sont pas dignes de notre République et des valeurs défendues par la France.

Elisabeth Ronzier
Présidente de SOS homophobie