Non à l'expulsion de Karim

En 2004, Karim, jeune homosexuel mineur algérien avait fui son pays et sa famille en raison des persécutions qu'il subissait suite à la révélation de son homosexualité. Il avait été recueilli en France par un oncle et une tante de nationalité française et avait débuté une scolarité en BEP dans un lycée de la banlieue bordelaise.

Menacé d'expulsion par un arrêté du Préfet, Karim avait saisi le tribunal administratif de Bordeaux qui avait jugé le 12 octobre 2006 que "le préfet de la Gironde a commis une erreur manifeste d'appréciation" en prenant un arrêté de reconduite à la frontière.

SOS homophobie vient d'apprendre que la Cour administrative d'appel de Bordeaux annule la décision du tribunal administratif qui elle-même annulait l'arrêté de reconduite à la frontière frappant Karim. En clair, Karim est de nouveau sous le coup de cet arrêté, et est donc expulsable à tout moment.

Outre les risques pour l'intégrité physique de Karim compte tenu des violences dont sont victimes les homosexuels assumés en Algérie, il faut rappeler que la loi algérienne qualifie l'homosexualité de délit puni de trois ans d'emprisonnement.

SOS homophobie dénonce la décision de la cour d'appel et l'acharnement des représentants de la préfecture de Gironde ainsi que l'inaction, si ce n'est la complicité du ministre de l'Intérieur, alerté sur cette affaire par plusieurs associations et personnalités.

SOS homophobie appelle tous ses adhérents, sympathisants et tous les citoyens qui veulent venir en aide à Karim à signer la pétition : http://www.pourkarim.net

SOS homophobie demande au ministre de l'Intérieur de donner des instructions à ses services afin que Karim ne soit pas expulsé et bénéficie d'un titre de séjour lui permettant de vivre sereinement en France sans être persécuté pour ce qu'il est.

SOS homophobie
www.sos-homophobie.org
Ligne d'écoute anonyme : 0810 108 135 ou 01 48 06 42 41
Secrétariat presse : 06.28.32.02.50 /