PMA : les lesbiennes passent encore une fois à la trappe

SOS homophobie déplore que la procréation médicalement assistée (PMA) soit, de nouveau, écartée du débat politique. En ce début d’année, la ministre de la famille, Dominique Bertinotti, a annoncé que la PMA ne figurerait pas dans le futur projet de loi « Famille ». Une annonce au goût amer en cette période des vœux pour l’année 2014. Après les atermoiements du Comité consultatif national d'éthique (CCNE) qui s'est autosaisi du dossier avant de repousser sa décision en 2014, c'est une nouvelle déception. Force est de constater que les questions entourant l’égalité des droits pour les couples de même sexe, en particulier les lesbiennes qui sont invisibilisées dans la société, mobilisent peu et que le gouvernement ne se prive pas pour les faire passer au second plan.

Les couples de femmes, à l'instar des couples hétérosexuels, doivent pouvoir recourir à une procréation médicalement assistée si elles le souhaitent. Aujourd'hui en France, seules les plus fortunées peuvent avoir accès à la PMA en allant en Espagne ou en Belgique, ajoutant ainsi une inégalité sociale à une inégalité de droit.

SOS homophobie rappelle que le président François Hollande s'est engagé clairement durant sa campagne pour l'ouverture de la PMA aux couples de femmes au même titre que le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels. SOS homophobie ne saurait se satisfaire d'une promesse à moitié tenue et appelle le gouvernement à établir, au plus vite, une réelle égalité entre les femmes lesbiennes et hétérosexuelles. SOS homophobie se mobilisera tout au long de l’année pour rappeler cette revendication essentielle à l’égalité des droits.

Contact presse