Procès Bruno Wiel - Les premières impressions de Bruno

Bruno a proposé à SOS homophobie de livrer ses impressions quotidiennes sur le procès. Voici comment il décrit son état d’esprit au tout début du procès, mardi :

“Après seulement quelques heures de sommeil, accompagné de ma maman et de mon petit frère et de mes deux avocats, nous arrivons au tribunal de Creteil.
Je suis réellement tétanisé, la peur réelle de me souvenir de l’agression violente dont j’ai été victime en revoyant ces personnes qui m’ont passé à tabac et abandonné en cachant mon corps pour mort. Cependant, malgré cette angoisse, un autre problème non prévu intervient : les journalistes TV. En effet, dès mon entrée dans le tribunal, je me suis retrouvé encadré de caméras et de micros. Ma maman, mon petit frère, mes avocats et moi ne pouvions faire un pas, et un journaliste bousculé par d’autres s’est retrouvé à mes pieds, m’empêchant de continuer ma progression jusqu’à la salle d’audience. Une fois en sécurité, je me suis souvenu que mes agresseurs allaient aussi faire leur entrée. J’ai alors baissé la tête après avoir demandé à mes avocats si l’on pouvait changer de place afin de ne pas être en face d’eux, et ainsi pouvoir les voir que lorsque je le souhaiterais.
Finalement ma curiosité fut plus forte et je les ai dévisagé peu de temps après qu’ils s’étaient assis dans un box fermé.
Et je fus soulagé de découvrir réellement leur visage. Le fait de les voir ne m’a évoqué aucun souvenir, je découvrais réellement mes boureaux.
Ensuite, le procès débuta réellement par la désignation du jury.”