Sexion d'Assaut : privilégier l'action à la sanction

Le groupe de rap Sexion d'Assaut vient d'annoncer ses engagements contre l'homophobie. La polémique sur les propos tenus par le groupe dans certaines chansons et une interview donnée au magazine International Hip Hop en juin dernier ne s'est pas essouflée, et une vague d'annulation de concerts a actuellement lieu. Une nouvelle fois, SOS homophobie salue l'indignation médiatique et populaire qui a suivi les propos haineux tenus par le groupe à de multiples reprises. Et notre association a appelé, mercredi 29 septembre, à ce que Sexion d'Assaut aille au-delà des excuses et prouve son engagement contre l'homophobie par des actions concrètes. La maison de disque du groupe, Sony, a entendu notre appel et nous a contactés pour entamer des discussions, ce que nous saluons.

Dans cette affaire, SOS homophobie prévilégie la prévention à la recherche d'éventuelles sanctions pénales ou autres. Il y a de plus prescription pour les propos tenus dans les médias et les chansons (trois mois) : SOS homophobie ne peut pas aller en justice pour incitation à la haine par voie de presse. L'association comprend que des salles et des élus aient annulé les concerts compte-tenu de la gravité des propos et des textes. Mais il nous semble plus important encore, au-delà de la sanction stricte, qu'un dialogue s'instaure et que le groupe agisse contre l'homophobie, sans hypocrisie. Par ailleurs, priver des milliers de jeunes (et moins jeunes) spectateurs et fans du groupe des concerts auxquels ils ont prévu d'assister nous semblerait contre-productif voire de nature à développer des ressentiments vis-à-vis de ceux qui pourraient passer pour des censeurs. La responsabilité de nos associations vis à vis des jeunes LGBT est immense ; nous souhaitons avant tout développer un dialogue positif entre eux et les autres jeunes qu'ils cotoient notamment en milieu scolaire.

Ce jeudi 7 octobre, par voie de communiqué de presse, Sexion d'Assaut s'engage donc à :

  • ne pas chanter les titres incriminés sur scène, ne pas tenir de propos discriminants auprès de son public et enregistrer chaque concert afin de permettre aux tiers de vérifier que cette condition est remplie ;
  • rencontrer sur chacune de ses dates les associations LGBT et celles militant contre les discriminations en général et leur offrir des places de concert pour qu’elles se rendent compte par elles-mêmes de l’engagement du groupe ;
  • faire distribuer à chaque spectateur un tract, signé du groupe, prônant des valeurs citoyennes de lutte contre l’homophobie et des discriminations en général ;
  • travailler sur un titre spécifique, ou un événement artistique, clarifiant cette position, pour les mois qui viennent.

SOS homophobie salue les annonces de Sexion d'Assaut, et veillera à ce qu'elles soient tenues, sans quoi les déclarations apparaîtront clairement opportunistes. Notre association a demandé au groupe d'aller plus loin dans son engagement :

  • en diffusant également sur son site internet le texte écrit par le groupe distribué lors des concerts ;
  • en reversant une partie des bénéfices engrangés par la tournée dans une campagne de prévention dans les collèges et lycées de France ;
  • en disant si, oui ou non, le groupe représentera la France aux MTV Europe Music Awards.

SOS homophobie espère que cette affaire servira d'avertissement à tous les artistes qui voudraient construire leur carrière, leur gloire et leur fortune en piétinant les homos.