Site web d'un lycée : l'homoparentalité, ce douloureux "problème"

Le lycée Robert Schuman, au Havre, a publié le 19 novembre un article dans son "journal web" intitulé "Quels problèmes peut poser l'homoparentalité ?", et véhicule de nombreux clichés : "l'enfant ne saura pas qui appeler papa ou maman", "ils ne sauront pas comment éduquer leurs enfants", "[l'enfant] pourrait avoir honte du regard des autres", "il doit faire deux cadeaux lors des fêtes parentales"...

(voir les copies d'écran jointes à la fin de cet article, la page a été supprimée du site du Lycée Robert Schuman).

Outre que ces "arguments" dénotent un manque cruel d'information quant à la réalité de l'homoparentalité et n'ont strictement aucun fondement, ils sont présentés comme "ne reflétant pas les opinions" de leurs rédacteurs.

Mais pour SOS homophobie, le problème est que, en l'état, ces propos sont assénés sans qu'il y ait de réponses et contre-arguments pour démonter ces clichés sur l'homoparentalité. Imaginons un article au principe similaire sur les thèmes : "quels problèmes peut poser l'égalité hommes-femmes ?" ou "quels problèmes peut poser le judaïsme ?"... et il est évident qu'il n'aurait jamais été publié, à raison. Malheureusement, une fois de plus, cet article montre le chemin qu'il reste à parcourir pour que l'homophobie suscite autant d'émotions que le racisme, le sexisme ou d'autres formes de discrimination.

Nous ne pouvons reprocher à des élèves de méconnaître l'homoparentalité - en dehors des interventions des associations LGBT, il est malheureusement fait peu de cas de la diversité des schémas familiaux de la part du corps enseignant. Cette affaire montre, une fois de plus, la nécessité que l'Education nationale se saisisse pleinement du sujet et mette les moyens nécessaires à la lutte contre l'homophobie dans les
établissements, et plus globalement à quel point il est urgent que l'Etat et la société française reconnaissent l'homoparentalité comme une réalité familiale semblable aux autres.

Mais pour SOS homophobie, il est également très grave que l'équipe éditoriale du site et les responsables de publication n'aient pas modéré cet article. En les publiant tels quels, le lycée Robert Schuman cautionne ces propos. Il est urgent, donc, que la direction de l'établissement s'exprime sur son cruel manque de vigilance, et accepte que SOS homophobie intervienne auprès du corps éducatif et des élèves, ce que nous lui proposons dès aujourd'hui par courrier.

Voici une copie de l'article concerné (télécharger les copies d'écran en fin d'article) :

Quote:

L’homoparentalité est née en Europe . L’homoparentalité concerne un couple homosexuel (femmes ou hommes, ) qui deviennent parents d’un ou plusieurs enfants . L’homoparentalité est une idée neuve , mais les sciences sociales s’en sont vite emparées.

Quels problèmes peut poser l’homoparentalité ?

Premièrement , l’enfant a besoin d’un modèle maternel et paternel
- L’enfant ne peut avoir le soutien de sa mère et de son père,
- L’enfant ne saura pas qui appeler « papa ou maman »,
- Ils ne sauront pas comment éduquer leurs enfants.
Deuxièmement, l’enfant devra assumer la différence de ces parents
- Il pourrait avoir honte du regard des autres,
- Il peut aussi se sentir différent par rapport aux autres,
- Il doit faire deux cadeaux lors des fêtes parentales,
- Il peut se sentir mal et prendre mal l’homosexualité,
- Il peut devenir plus tard homosexuel,
- Il peut avoir honte.
Plus grand , il aura aussi beaucoup de mal à en parler avec ses copains ou autres
Cet article est un exercice argumentatif qui n’engage pas l’opinion des élèves.

  

Mise à jour du 23/11/2010 :
Le Lycée Robert Schuman a présenté ses excuses sur son site web : http://schuman.spip.ac-rouen.fr/spip.php?article729

Quote:

Avec toutes nos excuses

Dans le cadre d’un web journal alimenté par les travaux d’élèves, un incident technique n’a pas permis de mettre en ligne l’intégralité d’un article contradictoire sur la lutte contre l’homophobie.

L’équipe de direction (et l’ensemble de la communauté éducative) exprime ses regrets et comprend les vives inquiétudes suscitées par l’édition partielle d’un travail d’élèves sur les discriminations.

La démarche pédagogique était incomplète et cet incident prouve que nous devons renforcer notre vigilance sur la communication, notamment par une procédure de contrôle supplémentaire.