SOS homophobie se porte partie civile auprès des victimes du kiss-in devant Notre-Dame de Paris

Vendredi 4 juin avait lieu l'audience de fixation du procès opposant huit lesbiennes et gays de moins de 25 ans à trois prévenus qui les ont agressés le dimanche 14 février, devant la cathédrale de Notre-Dame, à Paris, au cours d'un "kiss-in" (voir notre communiqué de presse du 20 avril). La date du procès retenue est le 30 novembre 2010. Nous saurons alors quelle peine sera infligée aux quatre prévenus qui ont agressé verbalement plusieurs personnes parce qu'elles s'embrassaient en public. L'un des hommes comparaît, de surcroît, pour violence aggravée.

Il n'est pas normal que des personnes ne puissent pas librement s'embrasser dans un lieu public sans se faire insulter et frapper. SOS homophobie, suite à une demande des victimes, a décidé de se porter partie civile dans cette affaire, et sera représentée par l'avocate Caroline Mécary, pour que le caractère homophobe de ces agressions soit pleinement reconnu par la justice.