SOS homophobie s'engage dans la campagne présidentielle

Chaque jour, SOS homophobie reçoit quatre témoignages de personnes victimes de lesbophobie, gayphobie, biphobie ou transphobie. En 2012, les discriminations et les attaques envers les personnes lesbiennes, gays, bi et trans (LGBT) sont toujours d'actualité. C'est pour cette raison que notre association milite quotidiennement afin que les élu-e-s politiques s'engagent dans la lutte contre les discriminations et pour l'égalité des droits. La campagne présidentielle est une nouvelle occasion, pour SOS homophobie, de porter la parole des victimes et de sensibiliser les citoyens et citoyennes au quotidien des personnes LGBT.

La légitimité que SOS homophobie s'est construite en soutenant des victimes depuis bientôt 18 ans, en publiant le Rapport annuel sur l'homophobie, seul document de référence sur l'évolution de l'homophobie en France, ou encore en menant des actions de prévention sur le terrain, dans les écoles et les entreprises, nous voulons aujourd'hui l'utiliser pour interpeller les candidat-e-s. C'est pourquoi nous leur adressons officiellement, ce lundi 13 février, un questionnaire pour connaître leurs positions sur douze sujets de préoccupation quotidienne des personnes LGBT, en matière d'égalité des droits et de lutte contre les discriminations. SOS homophobie a sollicité une rencontre avec chacun-e des candidat-e-s pour recueillir leurs réponses.

L'enjeu n'est pas uniquement que les candidate-s à l'élection présidentielle se prononcent pour ou contre l'ouverture du mariage aux couples de même sexe : la lutte contre les discriminations et pour l'égalité touche tous les aspects de la vie courante. C'est donc à partir des témoignages reçus depuis plusieurs années que notre association a élaboré ce questionnaire. Ces douze questions pour 2012 sont autant de propositions pour lutter efficacement contre l'homophobie et la transphobie. Leur coût financier est volontairement faible voire nul afin que les candidat-e-s aient la latitude nécessaire pour y répondre favorablement ou non, en dehors de toute considération budgétaire.

Une série d'actions publiques entreprises par SOS homophobie vont permettre, chaque semaine jusqu'au premier tour de l'élection présidentielle, de mettre en valeur chacune de nos revendications rassemblées dans ce questionnaire. La première a lieu ce mardi 14 février, jour de la Saint-Valentin, sur le parvis de l'Hôtel de ville de Paris : des couples de femmes et des couples d'hommes se passeront symboliquement la bague au doi gt, pour rappeler que le mariage reste fermé aux couples de même sexe.

Les réponses à ces douze questions seront rendues publiques lors d'une conférence de presse fin mars, avant le premier tour de l'élection présidentielle.

Le questionnaire est disponible ici : http://www.sos-homophobie.org/presidentielle

Contact presse : 
Elisabeth Ronzier, présidente
 de SOS homophobie
06 28 32 02 50 -