Un nouveau venu dans la provocation à la haine : Orelsan

Récemment beaucoup de gens se sont insurgés contre les paroles de Sale pute du « chanteur » Orelsan dont la vidéo a fait un buzz sur le net. Dans cette chanson, un mec parle de sa « meuf » : extraits : "On verra comment tu fais la belle avec une jambe cassée, on verra comment tu suces quand j'te déboîterai la mâchoire, t'es juste une truie tu mérites ta place à l'abattoir."

Si ces paroles émeuvent à juste titre les défenseurs des droits des femmes, comme d'habitude l'homophobie n'est pas loin de la misogynie et du sexisme. Extraits du single Changement : "Les mecs fashion sont plus pédés que la moyenne des phoques. Pédé !", "En boîte la CC circule/les pédés gesticulent", "Les gars s'habillent comme des meufs, et les meufs comme des chiennes, elles kiffent les mecs efféminés comme si elles étaient lesbiennes".

Sa maison de disques, 3ème Bureau Wagram, se retranche comme d'habitude derrière la liberté artistique. On aimerait savoir si cette liberté artistique serait brandie pour les mêmes paroles en remplaçant les femmes ou les « pédés » par Youpin, négros ou bougnoules : « Les mecs fashion sont plus youpins que la moyenne des Juifs. Youpin ! », « En boîte le rapp circule, les nègres gesticulent », « les gars s'habillent comme des bougnoules, et les bougnoules comme des chiennes... ».

La murder music a un nouvel adepte, il s'appelle Orelsan. Souvenez-vous en, la provocation à la haine rapporte suffisamment d'argent à certaines maisons de disques et à certains pseudo « artistes » pour dépasser les limites et le respect des personnes.