Un rapport sur la famille conservateur qui nie les évolutions des modèles sociaux

La mission parlementaire sur la famille a rendu son rapport aujourd'hui 26 janvier.

Il apparaît qu'hormis quelques propositions d'améliorations du PaCS déjà prônées par le rapport d'experts remis au ministère de la justice en avril 2004 (il aura donc fallu deux ans pour proposer de mettre certaines de ces mesures en œuvre), le rapport fait l'impasse sur l'homoparentalité et sur l'adoption pour les couples homosexuels, qui sont pourtant une réalité, laissant ainsi la France à la traîne d'autres pays de l'Union européenne bien moins frileux.

Les déclarations de Valérie Pécresse, présidente de la commission, justifiant l'opposition à l'homoparentalité et au mariage homosexuel sont bien courtes : "A l'UMP, nous sommes attachés au principe fondamental de la filiation : un père, une mère, un enfant" ; "le mariage est un cadre exigeant de droits et de devoirs conçu pour permettre l'accueil et le développement harmonieux de l'enfant". Les études faites notamment en Amérique du Nord ainsi que dans les pays scandinaves montrent pourtant que les enfants des familles homoparentales ne se développent pas moins bien que dans les familles hétéroparentales, à partir du moment où il sont entourés d'amour et qu'ils n'ont pas le sentiment de vivre dans un cadre discriminé ou dévalorisé par la loi !

SOS homophobie ne peut que déplorer la définition conservatrice de la famille donnée par ce rapport (un père, une mère, un enfant) qui nie les réalités que vivent aujourd'hui de nombreuses et nombreux homosexuel(les). Le vide juridique de ces situations est ainsi maintenu et entretenu ! Qu'advient-il donc de l'intérêt supérieur des enfants des couples homosexuels, intérêt supérieur tant vanté par certains adversaires de l'évolution des droits des homosexuel(les) ?

Les députés UMP n'ont pas voulu non plus étendre le droit à l'adoption aux couples homosexuels. Mais les célibataires peuvent adopter, cela revient donc à continuer de favoriser une situation où les gays et lesbiennes doivent taire leur orientation sexuelle pour pouvoir adopter. Quelle hypocrisie !

Même si ce rapport conservateur propose des avancées pour les couples pacsés, SOS homophobie dénonce le fait qu'il laisse de côté toutes les évolutions des modèles familiaux pour s'en tenir au modèle du 19ème siècle et demande au gouvernement de ne pas tenir compte de certaines de ses conclusions afin de reconnaître l'homoparentalité et d'ouvrir le mariage et l'adoption aux couples de même sexe.

SOS homophobie
www.sos-homophobie.org
Ligne d'écoute anonyme : 0810 108 135 ou 01 48 06 42 41

Secrétariat presse : 06.28.32.02.50 /