Qu'est-ce qu'une personne androgyne ?

On qualifie une personne d’androgyne si son apparence ne permet pas facilement de déterminer si c’est une femme ou un homme.

Le terme est dérivé de deux mots grecs :

  • andros (l'homme, comme appartenance de genre) 
  • gynè (la femme). 


On parle souvent d’allure (ou de look) androgyne…

Il ne faut pas confondre l’androgynie avec l’hermaphrodisme : la première est une question d’apparence ou de ressenti, alors que le deuxième est un fait biologique. Une personne hermaphrodite (on préfère aujourd'hui parler de "personne intersexuée") présente des caractéristiques physiques, génétiques et/ou hormonales qui ne sont pas exclusivement mâles ou exclusivement femelles, mais qui appartiennent soit typiquement aux deux, soit à aucun des deux. La cinéaste argentine Lucia Puenzo en parle dans un beau film, XXY. 

L’apparence androgyne est plus répandue. C’est un phénomène plus mouvant, et avant tout une affaire de look : choisi, revendiqué, ou ressenti par les autres. Ce peut être aussi quelque chose d’involontaire : les enfants pré-pubères sont tous plus ou moins androgynes, même si les parents ou l’environnement s’efforcent de masculiniser les garçons et de féminiser les filles ; parfois, l’androgynie à l’adolescence est liée à une puberté tardive. Elle est aussi un refuge pour des jeunes trans. Elle n’est en revanche que rarement un indice d’homosexualité, même si elle est parfois interprétée comme cela au collège ou au lycée. Anne Percin en parle dans son roman L’Âge d’ange.

Voir aussi : la définition sur wikipédia