Pour l'Europe des gens, contre l'Europe de l'argent (Parti communiste français)

Réponses de la liste Pour l'Europe des gens, contre l'Europe de l'argent (Parti communiste français).
Tête de liste : Ian Brossat

Êtes-vous favorable à l’établissement d’une politique européenne pour mettre fin aux discriminations en raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre ?

Oui. Les candidats du PCF défendent la clause de la personne LGBTI+ la plus favorisée en Europe. Les droits des personnes LGBTI+ doivent être garantis et étendus dans toute l’Europe. À l’instar de la clause de l’Européenne la plus favorisée portée par Gisèle Halimi pour défendre les droits des femmes, nous défendons la valorisation des lois les plus protectrices et favorables aux personnes LGBTI dans chacun des États membres pour les appliquer dans l’ensemble des pays au bénéfice de tou·te·s les citoyen·ne·s de l’Union européenne. Le premier de ces chantiers est celui de lois mettant fin aux discriminations en matière d’orientation sexuelle et d’identité de genre.

Que ferez-vous pour vous assurer que la résolution du 14 février 2019 sur les droits des personnes intersexes portant notamment sur la fin des mutilations génitales des nouveau-nés intersexes soit respectée ?

Nous exigerons que la France pèse de tout son poids pour la faire respecter et pour faire cesser immédiatement ces mutilations, et nous lancerons, avec d’autres parlementaires, un comité de vigilance sur cette question. Plus largement, cette résolution démontre qu’il existe un problème institutionnel au sein de l’Union européenne : les résolutions votées par le Parlement vont souvent dans le bon sens en matière de droits LGBTI+, mais elles ne sont pas appliquées par la Commission. Il faut donner beaucoup plus de poids aux instances démocratiques, pour que ces nouveaux droits s’appliquent immédiatement.

Souhaitez-vous que la France fasse encore partie des 8 derniers pays de l’Union européenne à réserver la PMA aux couples hétérosexuels ?

Clairement, non. Dans le cadre de notre clause de la personne LGBTI+ la plus favorisée, nous proposerons l’ouverture de la PMA à toutes les femmes et aux personnes trans dans tous les pays de l’Union européenne.

Agirez-vous pour que tous les pays de l’Union européenne facilitent le changement d’état civil des personnes trans et mettent fin à leur stérilisation forcée ?

Oui. Pour avancer sur le changement d’état civil des personnes trans, il faut là aussi prendre exemple sur les législations les plus avancées. À Malte par exemple, le changement d’identité de genre s’effectue de façon simple et rapide chez le notaire. Nous proposons un accès simplifié, démédicalisé et déjudiciarisé au changement de sexe dans tous les pays de l’UE. Il doit être basé sur l’autodétermination des personnes. Il faut également progresser en France, en apportant un accueil approprié aux personnes trans dans les mairies et autres lieux administratifs, avec un accompagnement renforcé et des personnels formés.

Vous opposerez-vous aux expulsions de personnes LGBTI+ migrantes en danger dans leur pays d’origine et/ou sans un accès aux soins adéquats ?

Oui. Nous proposons un droit d’asile digne pour toutes les personnes LGBTI+. La France doit être une terre d’accueil, particulièrement envers les migrants LGBTI+ qui subissent une double peine. Nous nous opposons fermement aux examens parfois effectués dans certains pays dans le but de “prouver” l’orientation sexuelle ou le genre d’une personne. Concernant l’accès aux soins, nous nous opposons à la suppression de l’Aide Médicale d’État. Les maladies n’ayant pas de frontières, la solidarité et les soins ne doivent pas en avoir non plus.

Quelles sont vos propositions pour faire reculer les LGBTphobies à l’échelle de l’Union européenne ?

Les parlementaires européen.ne.s de notre liste proposeront au parlement un plan de lutte contre les violences et les discriminations LGBTIphobes et l’instauration d’une année européenne de lutte contre les LGBTIphobies.

Quelles sont vos propositions pour valoriser la diversité des couples et des modèles familiaux dans l’Union européenne ?

Nous souhaitons tout d’abord la reconnaissance dans tous les pays européens des couples homos, et l’extension du mariage et de l’adoption. La légalisation de la PMA pour toutes les femmes et les personnes trans sera aussi un moyen de faciliter la diversité des modèles familiaux, et de changer le regard porté sur ces familles.