#LIBREDE

SOS homophobie lance #LibreDe, sa nouvelle campagne de communication à l’occasion des élections législatives 2017 !

Au lendemain de la campagne de l’élection présidentielle marquée par une relative absence des questions liées aux personnes lesbiennes, gays, bi-e-s, trans (LGBT) dans le débat public, SOS homophobie souhaite sensibiliser l’opinion publique et les candidat-e-s aux élections législatives à l’importance de la lutte contre les LGBTphobies.

Notre campagne part des préoccupations des LGBT aujourd’hui. Elle s’articule autour de quatre visuels reprenant chacun le L, le G, le B et le T de l’acronyme « LGBT ». Elle se fonde sur des situations vécues par des personnes LGBT et met en lumière les revendications de SOS homophobie.

Cette campagne sera relayée en ligne, notamment sur les réseaux sociaux et déclinée sous forme d’affiches et de cartes postales qui seront distribuées au cours des marches des fiertés et des événements auxquels SOS homophobie participera dans les prochains mois.

 Vous êtes un couple de femmes, vous sentez-vous #LibreDe fonder une famille ? Vous êtes un jeune gay, un-e jeune bi-e, vous sentez-vous #LibreDe faire votre coming out ? Vous sentez-vous, en tant que trans, #LibreDe changer d’état civil ? Dans la cour de récré au collège, au lycée, vous sentez-vous #LibreDe d’embrasser votre petit ami ou votre petite amie?

 SOS homophobie vous invite chacun-e à vous saisir du hashtag #LibreDe, à vous prendre en photo, et à poster sur les réseaux sociaux les situations dans lesquelles vous ne vous sentez pas forcément #LibreDe vivre, d’aimer tel-l-e que vous êtes.

La campagne… en gifs :

 

et en bannières :

La charte

 Quelle place pour les LGBTI dans la campagne de 2017 ?

A l’occasion de l’élection présidentielle et du scrutin législatif, l’association SOS homophobie a souhaité interpeller les candidat-e-s à la présidentielle et aux élections législatives.

Partout en France, nos bénévoles adressent actuellement aux candidat-e-s aux législatives une Charte d’engagement pour les personnes LGBTI.

Cette Charte engage les candidat-e-s à combattre les LGBTIphobies au cours de leur campagne présidentielle / législative et pendant leur mandat s’ils/elles sont élu-e-s.

Elle encourage également les futur-e-s élu-e-s à inclure les droits et les libertés des personnes LGBTI dans les nouvelles politiques publiques.

Voir la liste des candidat-e-s aux législatives signataires

 

Charte d’engagement pour les personnes LGBTI

En tant que candidat-e à l’élection présidentielle et aux élections législatives, je serai amené-e à représenter toutes les citoyennes et tous les citoyens quelles que soient leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.

Je suis conscient-e que :

• Les personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bi-e-s, trans’ et intersexes) sont victimes de violences en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre (rejet, agressions verbales, physiques, psychologiques…) contre lesquelles il est nécessaire d’agir.

• La banalisation de propos de haine contre les personnes LGBTI dans les sphères politiques et médiatiques favorise les actes de violences au quotidien.

• Les LGBTIphobies représentent un réel problème de santé publique. Près de 30% des jeunes lesbiennes, gays, bi-es et trans’ ont déjà fait une tentative de suicide selon l’INPES, contre 4% des jeunes hétérosexuel-l-es.

Pendant la campagne électorale puis dans l’exercice de mes missions et en tant que signataire de la présente Charte :

Je m’engage à rappeler que tous les êtres humains naissent libres et égaux en droits et en dignité et que les personnes LGBT ne font pas exception à l’application de ce principe.

Je m’engage à respecter les personnes quelles que soient leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.

• Je soutiens toutes les personnes victimes de discrimination, y compris parce qu’elles sont lesbiennes, bies, gays, trans’, ou intersexes.

• Je reconnais que l’homophobie à l’encontre des personnes lesbiennes (lesbophobie), gays (gayphobie) et bisexuelles (biphobie) ou perçues comme telles, n’est pas une opinion mais un délit puni par la loi.

• Je reconnais que la transphobie à l’encontre des personnes trans’ et intersexes n’est pas une opinion mais un délit puni par la loi.

• Je reconnais que la gayphobie, la lesbophobie, la biphobie, la transphobie peuvent prendre différentes formes, des railleries aux actes d’une extrême violence physique.

• Je m’engage à tenir, pendant la campagne électorale et durant mon mandat, des propos respectueux à l’égard de tou-te-s les citoyen-ne-s quelle que soit leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.

• Je m’engage à condamner toute dévalorisation des personnes LGBTI, tout propos dégradant, insultant, tout amalgame ou stéréotype véhiculé sur les personnes LGBTI, même prononcés sous couvert d’humour, parce qu’ils ont des conséquences graves sur la vie de ces personnes.

• Je m’engage à travailler à l’inclusion des personnes lesbiennes, gays, bi-e-s, trans’ et intersexes à travers des projets de loi.

• Je m’engage à favoriser le maintien et la mise en place de politiques publiques et d’entité publiques locales et nationales dédiées à la lutte contre la haine anti-LGBTI.