10. Formerez-vous le personnel de l'Aide Sociale à l'Enfance pour qu’il détecte l'homophobie et la transphobie dont peuvent être victimes les adolescent-e-s dans leur famille ?

La prise de conscience de son homosexualité ou de sa transidentité reste, pour nombre de jeunes, un moment difficile de l'adolescence. La famille, en principe terrain privilégié de l'identification, de la compréhension et du soutien, peut se révéler être tout l'inverse face à l'homosexualité et à la transidentité. Ainsi, seules 30% des familles ont une attitude dépourvue de transphobie à l'égard de leur enfant trans (1).

Les jeunes lesbiennes, gays, bi et trans peuvent alors être la cible d'un rejet d'une grande violence. Certain-e-s adolescent-e-s se voient jeté-e-s à la rue par leurs propres parents ; d'autres subissent un harcèlement qui rend leur quotidien invivable (insultes, humiliations, menaces...) (2).

De telles situations conduisent à une grande souffrance, car il existe peu de recours. SOS homophobie est régulièrement alertée de maltraitances dont sont victimes des mineur-e-s, sans que des solutions puissent souvent y être apportées. Cela débouche sur des conséquences dramatiques : 69% des jeunes trans pensent au suicide et la moitié vont jusqu'à faire une tentative ; les jeunes homosexuel-le-s ont quant à eux-elles un taux de recours au suicide 13 fois supérieur à celui des jeunes hétéros (3).

Si vous êtes élu-e, formerez-vous le personnel de l'ASE pour qu’il détecte l'homophobie et la transphobie dont peuvent être victimes les adolescent-e-s dans leur famille ?

Si oui, dans quel délai ?

Si non, quelle alternative proposez-vous ?

(1) Enquête HES/Le Mag Jeunes LGBT, avril 2009
(2) Rapport sur l'homophobie 2011 de SOS homophobie (chapitre Famille)
(3) Etude de Marc Shelly, médecin de santé publique et responsable du CDAG de l'hôpital Fernand-Widal, pour l'association Aremedia en collaboration avec l'INSERM. Citée par le journal Le Monde le 9 septembre 2005.

Les réponses des candidat-e-s

Le tableau ci-dessous synthétise la réponse des candidat-e-s, l'ordre de présentation des candidat-e-s correspondant à celui du tirage au sort du Conseil Constitutionnel le 16 mars 2012

En plus du tableau de synthèse ci-dessous, vous pouvez télécharger notre analyse des réponses des 10 candidat-e-s à ces 12 questions.

Les réponses détaillées des candidat-e-s sont également disponibles en cliquant sur leur nom ou leur photo.

Les boutons verts représentent les réponses positives. Les boutons rouges représentent les réponses négatives ou jugées insuffisantes par l'association. La mention "NSP" est utilisée quand les candidat-e-s n'ont pas répondu à la question posée.

  Eva
Joly
Marine
Le Pen
Nicolas
Sarkozy
Jean-Luc
Mélenchon
Philippe
Poutou
Nathalie
Arthaud
Jacques
Cheminade
François
Bayrou
Nicolas
Dupont-Aignan
François
Hollande
Formerez-vous vous le personnel de l'Aide Sociale à l'Enfance pour qu’il détecte l'homophobie et la transphobie dont peuvent être victimes les adolescent-e-s dans leur famille ? OUI OUI OUI OUI OUI NSP NSP OUI OUI OUI

Consulter le tableau de synthèse des réponses à toutes les questions...

Les actions de SOS homophobie

Afin de lutter contre la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie et la transphobie au sein des familles, SOS homophobie a interpelé l'Aide Sociale à l'Enfance (voir communiqué de presse).