Présidentielle 2012 : réponses de Philippe Poutou au questionnaire de SOS homophobie

SOS homophobie a fait parvenir à tou-te-s les candidats à l'élection présidentielle 2012 un questionnaire comportant 12 questions. Les réponses ci-dessous sont indiquées en l'état. Vous pouvez télécharger la réponse complète de Philippe Poutou en bas de la page.


Bonjour !

Voici les réponses à vos questions. Elles sont structurées par notre volonté d’émancipation qui passe par l’égalité des droits entre toutes et tous, notamment entre hétérosexuelLEs et LGBTI.

1. Légaliserez-vous le droit au mariage dans forme actuelle pour les couples de même sexe ?

Nous voulons permettre à tous d’avoir le droit de ne pas se marier, mais aussi de se marier ! Le PACS est un droit au rabais, qui perpétue l’inégalité entre LGBTI et hétérosexueLLES ! Il ne permet pas au conjoint étranger pacsé à un français d’accéder au droit au séjour, il n’ouvre pas droit à l’héritage, aux pensions de reversions en cas de décès du conjoint et ne reconnaît pas le droit à la filiation : il ne construit pas réellement l’égalité des droits entre hétéros et LGBTI.

Il n’y a donc pas d’autre choix pour assurer pleinement l’égalité des droits entre couples hétérosexuelLEs et LGBTI de que de légaliser le mariage homosexuel.

Nous défendons le droit de se marier pour toutes et tous , et les mêmes droits pour tous les couples, mariés, pacsés, en concubinage et les célibataires : l’égalité fiscale, droit à l’héritage, aux pensions de reversion… ;

2. Instaurerez-vous l’égalité des droits dans l’accès à la parentalité pour toutes et tous ?

Nous défendons le droit pour toutes et tous à la filiation, à l’homoparentalité, à l’adoption et à la procréation médicalement assistée.

Si ces droits sont bien loin de suffire à assurer cette pleine égalité et à mettre fin aux discriminations hétérosexistes, il ne fait pas de doute que leur réalisation serait une étape importante pour les combattre.

3. Ajouterez-vous l’identité de genre aux critères de discrimination reconnus par la loi ?

Pour nous, l'homophobie, la lesbophobie et la transphobie, comme le racisme et le sexisme, sont un poison qui divise, obscurcit les consciences et tend à empêcher de réaliser que nos intérêts sont fondamentalement les mêmes. La société capitaliste est dure et violente pour tout le monde, mais plus encore pour certain et certaines, les LGBT en particulier. Les LGBT-phobies exacerbent l'impact de la crise du système pour les personnes qui en sont victimes.

La lutte contre les LGBT-phobies est donc naturellement une composante du combat anticapitaliste. En conséquence, nous sommes favorables à ce que l’identité de genre soit un critère de discrimination reconnu par la loi.

4. Porterez-vous le délai de prescription pour les injures dans le cadre privé à 12 mois ?

Nous sommes favorables à toutes les mesures qui combattent l'homophobie, la lesbophobie et la transphobie, y compris dans le cadre privé.

5. Incluerez-vous explicitement l’orientation sexuelle et l’identité de genre dans les motifs ouvrant droit au statut de réfugié-e ?

Actuellement le droit d’asile est accordé au compte goutte aux personnes menacées en raison de leur orientation sexuelle et de leur identité de genre.

Nous revendiquons la régularisation immédiate de tous les sans papiers, l’inscription dans l’article 1er-A-2 de la Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés, des termes « orientation sexuelles et identités de genre », la reconnaissance systématique du statut de réfugié-e-s à toute personne menacée en raison de son orientation sexuelle, de son identité de genre ou de statut sérologique et la délivrance automatique d’un titre de séjour à toute personne ayant PACSé-e.

6. Donnerez-vous les moyens à un organisme public de lutter efficacement contre l’homophobie et la transphobie sur internet ?

Nous sommes favorables à toutes les mesures qui combattent l'homophobie, la lesbophobie et la transphobie.

7. Ouvrirez-vous le don du sang aux homosexuels?

L’exclusion des gays du don du sang est à la fois une discrimination et un non sens : il n’y a pas de « groupe à risque », mais des « pratiques à risque ».

Nous voulons la sécurité transfusionnelle selon de réels critères de santé, et non selon des préjugés, nous demandons en conséquence la levée de l’interdiction du don du sang pour les homosexuels.

8. Mettrez-vous en place un plan national de prévention spécifique sur la santé sexuelle des lesbiennes ?

La santé sexuelle ne peut se résumer à la seule question du VIH : il est donc utile que soit mis en place une information efficace de lesbiennes sur leur santé sexuelle.

9. Incluerez-vous dans les programmes scolaires la sensibilisation à la diversité des relations amoureuses et à la question du genre, et ce dès l’école primaire ?

L’identité sexuelle est une construction biologique et sociale.

L’éducation est nécessaire pour lutter contre l’homophobie à la racine et les comportements homophobes (agressions verbales ou physiques) entre les jeunes (pouvant entraîner une déscolarisation des LGBTI).

Nous demandons des cours d'éducation sexuelle (cours sur la vie sexuelle, qu’elle soit hétéro, gay, bi ou lesbienne, les MST et les moyens de protections, la contraception, abordant de manière égale et sans préjugé hétéro-sexiste toutes les sexualités et tous les genres) ; des cours sur l'identité de genre au collège et lycée pris en charge par des associations féministes et LGBTI , l’intégration aux programmes scolaires de la notion de genre et des sexualités et des interventions en milieux scolaires contre la LGBTIphobie par des associations LGBTI.

10. Formerez-vous le personnel de l’Aide Sociale à l’Enfance pour qu’il détecte l’homophobie et la transphobie dont peuvent être victimes les adolescent-e-s dans leur famille ?

La prise de conscience des oppressions homo-bi-lesbo et transphobe n'est pas quelque chose de spontanée. Il est nécessaire que des formations spécifiques soient apportées afin que cette dimension soit pleinement intégrée, en particulier pour les professionnels de l'éducation et de l'aide à l'enfance.

11. Demanderez-vous officiellement aux entreprises de mettre en place des formations de lutte contre les discriminations dont sont victimes les personnes LGBT au travail ?

La LGBTIphobie prend plusieurs formes : embauche entravée (taux de chômage beaucoup plus élevé chez les transgenres par exemple), promotion et évolution de carrière bloquées, accès limité à la formation, rémunération moindre (6,5% de moins dans le public, 5,5% de moins dans le privé), homophobie et transphobie ordinaires : violences et harcèlement, accès limité ou refusé à certains droits sociaux notamment pour les couples PACSés, non renouvellement de contrat et licenciement injustifiés.

Nous voulons changer la définition du harcèlement moral qui pour l’instant n’inclut pas l’homophobie, garantir la non-publication des identités des plaignant-e-s dans les recours pour LGBTIphobie, et garantir mêmes droits sociaux pour tou-te-s…

12. Inscrirez-vous dans la formation initiale des agent-e-s de la fonction publique unmodule de sensisbilisation à l’homophobie et la transphobie ?

Dans les mêmes conditions que les questions 9 et 10.

Bien cordialement

Philippe POUTOU

Fichier attachéTaille
Icône PDF Réponses de Philippe Poutou139.8 Ko