Marc, 39 ans, bisexuel et policier, qui se fait traiter de « tarlouze » et qui subit les médisances et les insultes au travail.

Marc est un policier de 39 ans, bisexuel, qui subit depuis plusieurs mois une situation intolérable. Un de ses jeunes collègues l’a, pense-t-il, aperçu alors qu’il sortait d’une boîte de nuit gay.

Les quolibets, les insultes, les médisances se multiplient. Le collègue fait courir la rumeur, se cache pour crier « tarlouze ! » sur le passage de Marc avant de disparaître. En présence d’autres policiers du commissariat, il s’est exclamé : « Tu te rends compte, il paraît qu’il y a des homos dans la police » avant d’éclater de rire. Marc constate que certains regards ont changé, que des collègues parlent de lui à voix basse en souriant.

Il est actuellement en arrêt maladie, il se dit malheureux, mal à l’aise et appréhende sa reprise de travail. Il culpabilise, il a « mal à l’intérieur », a envie de pleurer, de trouver appui et soutien. Il ne sait que faire car s’il démissionnait, il se retrouverait sans ressources alors qu’il a la responsabilité d’une famille.

Marc, 39 ans, bisexuel et policier, qui se fait traiter de « tarlouze » et qui subit les médisances et les insultes au travail. C’est ça la biphobie